•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD réclame à nouveau la modernisation de la Loi sur les services en français

Le projet de loi proposé par la formation politique réclame notamment le rétablissement d'un Commissariat aux services en français indépendant.

Guy Bourgouin en conférence de presse à Queen's Park.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique de l'Ontario en matière d’Affaires francophones, Guy Bourgouin, demande de l'aide pour les médias communautaires francophones.

Photo : CHAÎNE DE QUEEN'S PARK

Radio-Canada

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin entreprend de nouveau des démarches en vue de la modernisation de la Loi sur les services en français (LSF).

Jeudi, l’élu a déposé encore une fois à Queen’s Park le projet de loi qu’il avait initialement proposé en novembre 2019, mais qui était mort au feuilleton après la prorogation de l’Assemblée législative en septembre dernier. 

Le document exige entre autres le rétablissement d’un Commissariat aux services en français indépendant et la consultation de la communauté franco-ontarienne au sujet des modifications de politiques gouvernementales qui la touchent. 

M. Bourgouin veut aussi que l’accès aux services en français soit garanti dans les tribunaux ontariens et que les décisions rendues par ces derniers soient publiées en français tout comme elles le sont en anglais.

Il veut également contraindre les agences gouvernementales et les institutions publiques à faire l’offre active des services en français.   

Il parle devant un micro.

Le député néo-démocrate de Mushkegowuk–Baie James, Guy Bourgouin, est aussi porte-parole aux Affaires francophones de son parti.

Photo : Radio-Canada

Voilà des années que le gouvernement Ford aurait dû mettre en œuvre ces changements pour la communauté franco-ontarienne au lieu d’utiliser les Franco-Ontariens comme des pions dans le jeu politique, déplore Guy Bourgouin, qui est porte-parole aux Affaires francophones de son parti. 

« Aujourd’hui, il est temps d’agir pour la communauté franco-ontarienne et de mettre en œuvre ces changements. »

— Une citation de  Guy Bourgouin, porte-parole du NPD aux Affaires francophones

Avant la fin du mandat, maintient la ministre

Le gouvernement Ford s’est engagé en 2019 à moderniser la LSF avant la fin de son premier mandat

Dans un discours tenu vendredi matin dans le cadre du congrès annuel de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, a réitéré cet engagement. 

Je compte tenir cette promesse-là. [...] Assurer l’accès aux services en français, c’est une priorité pour moi et aussi pour le gouvernement. On veut augmenter l’offre de travailleurs et de professionnels francophones et bilingues, [...] tout comme renforcer le continuum des services, améliorer le processus de désignation et augmenter l’imputabilité et la reddition de compte, a déclaré Mme Mulroney.    

Portait de Caroline Mulroney.

Caroline Mulroney est la ministre des Affaires francophones de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La pandémie a causé un grand délai, a souligné la ministre, qui assure qu’elle a tout de même continué de travailler avec ses collègues ministres, dont celle de la Santé, Christine Elliott, et celui des Soins de longue durée, Rod Phillips, pour faire des consultations qui sont très importantes dans le développement de ce travail.   

« Je sais que la communauté attend depuis très longtemps [...]. On est en train de terminer ce travail et j’ai absolument l’intention de déposer le projet de loi avant la fin de ce mandat. »

— Une citation de  Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l’Ontario

La semaine dernière, la députée libérale Amanda Simard avait elle aussi déposé à nouveau son projet de loi sur la modernisation de la LSF

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !