•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans l’émotion, Faro rend hommage à ses victimes

Des personnes forment un cercle autour d'un feu, beaucoup tiennent des bougies.

Une veillée à la bougie a eu lieu mercredi à Faro en hommage aux victimes de la fusillade.

Photo : Mike Rudyk / CBC

Radio-Canada

Jeudi soir, des dizaines de résidents de la communauté yukonnaise de Faro se sont réunis pour honorer la mémoire des victimes de la fusillade survenue mardi.

Les habitants de Faro tentent toujours de comprendre l’incident violent de mardi qui a fait deux morts et un blessé grave et à la suite duquel un homme a été accusé de meurtre.

Ils sont des dizaines à s’être réunis mercredi soir pour une veillée à la bougie afin de rendre hommage aux personnes touchées par cette tragédie.

Jonah LaFleur tenait à être présent au rassemblement qui s’est tenu près de l’école de la ville. La communauté doit se rassembler et se soutenir et je fais partie de cette communauté. Alors j’ai décidé de venir.

Jonah LaFleur, au loin, un groupe de personnes.

Jonah LaFleur, un résident de Faro, tenait à être présent lors de la veillée à la bougie afin de soutenir sa communauté.

Photo : Mike Rudyk / CBC

Les détails sur la fusillade restent flous, mais la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé mercredi que deux habitants ont été tués et qu’un homme a subi de graves blessures après que plusieurs coups de feu eurent été tirés dans différents endroits de Faro à la mi-journée.

Selon des documents judiciaires, les victimes sont Saengduean Honchaiyaphum, une femme de 42 ans, et Patrick McCracken, un homme de 73 ans. Tous deux ont été retrouvés sans vie dans des résidences différentes, a précisé la police.

Le Musée de Saint-Boniface a des vêtements d’époque à proposer.

Une victime qui avait deux enfants

Rachel Rodnunsky était une amie de Saengduean Honchaiyaphum, qu’elle surnommait Sang. Elle affirme que son amie était la mère de deux filles, âgées de 15 et 12 ans.

Elle accompagnait ses enfants tous les jours à l’école, sauf cette année, puisqu’elles prenaient le bus. Elle les emmenait nager tous les jours durant l’été, elle faisait des activités manuelles. Elle était connue comme étant une mère dévouée, et je crois que c’est çe pour quoi elle est le mieux connue ici.

Mme Rodnunsky affirme que Mme Honchaiyaphum était originaire de Thaïlande, mais qu’elle vivait à Faro depuis environ 15 ans. Elle aimait la couture et le sport.

« Son grand sens de l’humour va me manquer. »

— Une citation de  Rachel Rodnunsky
Des personnes se recueillent, certaines tiennent des bougies.

Des douzaines de personnes étaient venues à la veillée de mercredi soir, pour honorer les victimes de la fusillade.

Photo : Mike Rudyk / CBC

Le suspect, Ralph Bernard Shaw, âgé de 61 ans, est en détention et fait l’objet de deux chefs d’accusation de meurtre au premier degré, de deux chefs d’accusation de tentative de meurtre et de deux chefs d’accusation de voies de fait graves.

Une communauté toujours sous le choc

Le maire Leonard Faber dit que les habitants de la ville ont un sentiment de choc et de tristesse. Il affirme avoir passé la journée de mardi dans une sorte d’état d’incrédulité.

« On ne sait pas quoi penser [...], C’est en quelque sorte impensable que cela se soit passé ici. »

— Une citation de  Leonard Faber, maire sortant de Faro

Faro, qui compte 457 habitants, se situe à environ 360 kilomètres au nord-est de Whitehorse. La ville abritait autrefois la plus grande mine de plomb et de zinc à ciel ouvert au monde. Le panneau de bienvenue décrit la ville comme le secret le mieux gardé du Yukon.

Panneau de bienvenue de la ville de Faro.

La ville de Faro se situe à quatre heures de voiture de Whitehorse, au nord-est.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

C'est une communauté très unie et c'est unique parce que beaucoup de gens sont restés ici pendant les périodes difficiles. Vous voyez ce que je veux dire? Et les gens aiment être ici, explique M. Faber.

Durant la veillée à la bougie, Russell Truman, qui habite aussi Faro, explique que ce qu’il s’est passé est la dernière chose à laquelle [il s'attendait] à Faro.

« La plupart des gens arrivent ici pour être loin des grosses villes, des problèmes. On est au milieu de nulle part, personne ne pourrait penser que cela puisse arriver dans nos cours arrière. »

— Une citation de  Russell Truman

Le premier ministre, Sandy Silver, a affirmé mercredi que du soutien a été envoyé à Faro, notamment des travailleurs sociaux, des conseillers, des infirmières en santé mentale et des psychologues.

Le Conseil Dena de Ross River, situé à environ une heure de Faro, a prévu une cérémonie de guérison pour la communauté jeudi. Un feu sera allumé pendant quatre jours, en accord avec les traditions de la Première Nation.

Je ne peux pas exprimer à quel point je suis heureux qu’ils veuillent venir à Faro pour faire cela, dit le maire, Leonard Faber.

Le message « nos coeurs sont avec les familles des victimes et la communauté » affiché sur un panneau, à Faro.

Le lendemain de la fusillade, la Ville de Faro, au Yukon, lance un message de soutien à ses habitants.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

De nombreux témoignages de soutien

Depuis mardi, les réactions et les témoignages de sympathie à Faro continuent d’affluer, tous exprimant le choc face à la tragédie.

Le nouveau député fédéral du Yukon et ancien médecin hygiéniste en chef, Brendan Hanley, affirme dans un communiqué que ses employés et lui offraient leurs condoléances aux proches ainsi que de l’aide en cas de besoin.

C’est aussi ce que propose la Ville de Teslin ainsi que le conseil Tlingit.

Pour sa part, la prochaine mairesse de Whitehorse, Laura Cabott, a envoyé ce message au maire élu de Faro, Jack Bowers : Nos pensées et nos prières vous accompagnent vous, ainsi que votre communauté, et continueront à vous accompagner dans les jours et les mois alors que vous tenterez de vous remettre de vos terribles pertes.

D’autres ont aussi tenu à apporter leur soutien à Faro comme le diocèse du Yukon, la Première Nation Selkirk ainsi que la Coalition des femmes du Yukon.

Avec des informations de Paul Tukker et Mike Rudyk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !