•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prochaine saison agricole menacée par des ratés informatiques à Ottawa

Les demandes de travailleurs étrangers temporaires s'accumulent chez Service Canada.

Des travailleurs accroupis dans un champ.

Le milieu agricole québécois exprime de sérieuses craintes pour la prochaine saison en raison de l'incertitude entourant le recrutement de travailleurs étrangers temporaires.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le secteur agricole presse le premier ministre Justin Trudeau d'intervenir auprès de Service Canada pour désengorger le traitement des demandes de milliers de travailleurs étrangers temporaires.

L’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) et la Fondation des entreprises en recrutement de main-d’œuvre agricole étrangère (FERME) affirment qu'au rythme actuel, le pays se dirige vers la catastrophe.

En conférence de presse jeudi matin, Marcel Groleau (UPA), Sylvain Terrault (AMPQ) et Martin Gibouleau (FERME) ont tiré la sonnette d’alarme à propos de ratés informatiques que connaît Service Canada depuis plusieurs mois et qui provoquent des retards sans précédent dans le traitement des dossiers.

« La situation actuelle est grave et les conséquences vont bien au-delà de quelques semaines de retard. La capacité de produire des agriculteurs québécois et canadiens, qui est directement liée à la disponibilité de la main-d’œuvre, est en péril. »

— Une citation de  MM. Groleau, Terrault et Gibouleau

Selon le processus en vigueur, un employeur du secteur agricole qui veut embaucher des travailleurs étrangers temporaires doit d’abord présenter une demande de numéro d’évaluation d'impact sur le marché du travail (EIMT) à Service Canada.

Ce processus, qui met une vingtaine de semaines à aboutir, indique que la main-d'œuvre étrangère est nécessaire et qu’aucun travailleur canadien n’est disponible pour faire le travail.

Déjà des conséquences irréversibles

À l'heure actuelle, plus de 900 demandes d’EIMT pour l’embauche de quelque 4000 travailleurs étrangers temporaires sont toujours en attente de traitement.

Quelques dizaines de dossiers seulement sont actuellement traités chaque semaine et le nombre de demandes continuera de croître. Le pire est donc à venir si le problème n’est pas réglé à très brève échéance, ont indiqué l’UPA, l’APMQ et la FERME dans une déclaration commune.

En raison du retard accumulé, ces trois organismes estiment qu’il est déjà certain que l’arrivée des travailleurs étrangers temporaires en octobre, novembre et décembre sera retardée.

De fait, le président de l'AMPQ, Sylvain Terrault, ignore lui-même où en est sa demande pour l’embauche de 170 travailleurs agricoles. Il dit avoir besoin d’eux dès janvier pour pouvoir fournir 70 % des maraîchers du Québec.

On a des décisions à prendre aujourd'hui sur nos semences, sur toute la marchandise qu'il faut aller chercher. Mais là, actuellement, on risque vraiment d’être dans la chnoute, redoute-t-il.

« On se demande si on ne va pas manquer la saison. »

— Une citation de  Sylvain Terrault, président de l'AMPQ

Des fonctionnaires appelés en renfort

Dans une déclaration écrite, la ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a reconnu que des problèmes techniques récents avaient entraîné des délais inhabituels dans le traitement des EIMT.

Pour pallier le problème, elle affirme avoir doublé le nombre d'employés qui traitent les demandes d'EIMT et avoir sollicité le ministère de l'Immigration pour qu'il accélère la délivrance des permis de travail.

Les travailleurs agricoles sont essentiels à notre sécurité alimentaire et à la vitalité de nos communautés rurales, et c'est pourquoi s'attaquer à ce problème est une priorité absolue pour moi et pour notre gouvernement, a-t-elle déclaré.

Au vu du contexte actuel et des risques encourus, le président de l'UPA, Marcel Groleau, va jusqu'à s'interroger sur la nécessité du processus de demande d'EIMT.

Avant la pénurie de main-d'œuvre, c'était peut-être justifié de s'assurer que ces travailleurs-là ne venaient pas remplacer des travailleurs canadiens ou québécois. Mais maintenant, on sait qu'il y a une grave pénurie de main-d'œuvre. Ce sont les mêmes travailleurs qui reviennent année après année. Est-ce qu'on pourrait avoir, par exemple, des permis de trois ans?, propose-t-il.

Marie-Claude Bibeau a indiqué qu’une rencontre avec l'UPA en compagnie de la ministre fédérale de l'Emploi, Carla Qualtrough, allait bientôt être organisée.

Avec des informations d’Éric Plouffe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !