•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien gouverneur de New York Andrew Cuomo poursuivi pour agression sexuelle

Andrew Cuomo derrière une voiture.

Andrew Cuomo a démissionné de son poste de gouverneur de l'État de New York en août dernier.

Photo : Associated Press / Seth Wenig

Agence France-Presse

L'ancien gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, a été inculpé jeudi devant un tribunal pour agression sexuelle sur une ancienne employée, nouvelle étape d'une affaire qui l'avait contraint à la démission cet été, a-t-on appris de source judiciaire.

Une plainte pour délit contre l'ancien gouverneur Andrew Cuomo a été déposée au tribunal municipal d'Albany, a indiqué à l'AFP une porte-parole des tribunaux de l'État de New York, en précisant qu'il s'agissait d'une affaire sexuelle.

Diffusée par plusieurs médias, la plainte datée de jeudi et émanant du bureau du shérif du comté d'Albany accuse l'ancien gouverneur d'attouchement forcé, le 7 décembre 2020, à sa résidence officielle à Albany, la capitale de l'État. Cette plainte vaut une inculpation et signifie que l'ancien gouverneur pourrait être jugé au pénal.

Accusé depuis plusieurs mois par d'anciennes employées, le gouverneur de 63 ans avait démissionné le 11 août, une semaine après la publication d'un rapport d'enquête accablant, qui énumérait les cas de onze femmes harcelées ou agressées sexuellement.

Une chute vertigineuse pour ce descendant d'immigrés italiens, qui gouvernait le quatrième État du pays (environ 20 millions d'habitants) depuis 2011 et visait un quatrième mandat en 2022.

Au plus fort de la pandémie de coronavirus, quand New York en était l'épicentre américain au printemps 2020, il avait acquis le statut de vedette nationale.

Avec ses points de presse quotidiens, rationnels et rassurants, ce politicien expérimenté, mais réputé dur et autoritaire, avait changé de dimension, incarnant l'antithèse de Donald Trump, dont les annonces sur la crise sanitaire étaient vues comme erratiques.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.