•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles bourses d’études pour les futures éducatrices

L'enseignante discute avec un groupe d'étudiantes regroupées dans un local du Cégep de Jonquière.

La responsable de la coordination départementale en Techniques d'éducation à l'enfance, Isabelle Lambert, redouble d'efforts pour retenir les étudiantes aux études.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Les jeunes qui choisissent d’étudier en Techniques d’éducation à l’enfance au Cégep de Jonquière pourront maintenant recevoir des bourses supplémentaires durant leurs études.

Deux périodes d’inscription sont maintenant disponibles : en septembre, lors de la rentrée scolaire ou en janvier, au début de la session d’hiver.

Ces mesures visent à former davantage d’éducatrices pour contribuer à créer les 1000 nouvelles places en garderies que le gouvernement Legault a promis pour la région.

Au Cégep de Jonquière, le nombre d'étudiants en Techniques d'éducation à l'enfance a baissé d'environ 40 % depuis deux ans. En découle un manque de relève dans les garderies et une pression sur les étudiantes actuelles.

« Les directrices attendent juste que j'aie fini mon DEC pour pouvoir m'engager. »

— Une citation de  Valentina Morneau, étudiante en 2e année en Techniques d’éducation à l’enfance
L'étudiante de 2e année dans une allée de jouets à la matériatèque du Cégep de Jonquière.

Valentina Morneau estime que les nouvelles bourses permettent aux étudiantes en éducation à l'enfance de se sentir valorisées.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Dans ce contexte, le cégep doit redoubler d'efforts en matière de recrutement et de rétention.

Il faut motiver les élèves, non pas seulement à s'inscrire, mais à poursuivre leurs études avec nous, parce que les milieux sont tellement en demande qu’ils n'auraient pas nécessairement besoin de finir leurs études pour être engagés. Nous, ce qu'on prône c'est la qualité, la qualité des services et la qualité de nos élèves, explique l’enseignante et responsable de la coordination départementale, Isabelle Lambert.

Bourses d’études

Pour attirer de nouvelles étudiantes et les encourager à terminer leurs études, le gouvernement provincial offre maintenant des bourses exclusives aux futures éducatrices.

La nouvelle bourse est d'un maximum de 4600 $, ce n'est quand même pas rien. On pense que ça peut donner un petit coup de pouce supplémentaire à certains étudiants, mentionne le directeur des études au Cégep de Jonquière, Mario Julien.

Les jeunes recevront une première bourse de 2300 $ après avoir complété leur premier stage et une deuxième bourse équivalente après leur deuxième stage.

Ça nous avantage à continuer la technique, et à travailler encore plus dans le domaine qu'on aime parce qu'on est valorisé là-dedans. Avoir une bourse, ça nous aide énormément, admet Valentina Morneau, qui est actuellement en 2e année.

L'étudiante devant une étagère de livres dans la matériatèque du département au Cégep de Jonquière

L'étudiante de 3e année en Techniques d'éducation à l'enfance, Aïda Aubras, pense que la profession doit être plus valorisée une fois sur le marché du travail.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

L'aide financière aidera aussi Aïda Aubras, qui en est à sa dernière année d’études. Elle croit par contre que la valorisation doit se poursuivre sur le marché du travail.

La situation qu'on vit aujourd'hui, c’est que le travail n’est vraiment pas valorisé, c'est peut-être aussi pour ça que les étudiants ne veulent pas choisir ça comme métier. Le salaire par rapport au travail que l'on fait, on se sent moins valorisé, soutient-elle.

La valorisation de la profession et de meilleurs salaires sont au cœur des revendications des éducatrices. Certaines syndiquées ont d’ailleurs prévu d'autres jours de grève les 2, 3 et 4 novembre prochains au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !