•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire au Sénat dès le 22 novembre

Vue intérieure de la Chambre haute du Parlement.

La Chambre haute du Parlement, à Ottawa, sera réservée exclusivement aux personnes vaccinées à compter du 22 novembre.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Il n'y a pas que les députés fédéraux qui devront être pleinement vaccinés pour entrer à la Chambre des communes à compter du 22 novembre. La consigne s'appliquera aussi aux sénateurs qui veulent participer aux travaux en personne au Sénat.

Le président du Sénat, George Furey, a annoncé la nouvelle par voie de communiqué jeudi, après avoir mené des consultations avec les chefs et les facilitateurs de tous les partis et groupes parlementaires reconnus dans la Chambre haute.

Les personnes qui ont une exemption médicale pourront bien entendu fournir la preuve d'un résultat négatif d'un test de dépistage rapide contre la COVID-19.

M. Furey a souligné que le Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l'administration (CIBA) se réunira prochainement pour discuter d'une politique de vaccination pour l'ensemble du personnel du Sénat.

Le 19 octobre dernier, le Bureau de régie interne (BRI) annonçait que tous les députés, le personnel politique et les journalistes devront être pleinement vaccinés pour accéder à la Chambre des communes et aux édifices parlementaires à Ottawa.

La question a divisé les conservateurs, qui sont encore nombreux à refuser de dévoiler leur statut vaccinal.

Mercredi, en fin de journée, le chef de l'opposition, Erin O'Toole, a fini par annoncer que les membres de son caucus accepteront de respecter les règles de la Chambre des communes et du Sénat concernant la vaccination obligatoire.

Les conservateurs ont cependant l'intention de contester, dans les meilleurs délais, le précédent créé par le BRI. Ils espèrent, de cette façon, être en mesure d'accommoder leurs élus qui refusent toujours la vaccination.

M. O'Toole n'a pas indiqué combien de députés conservateurs pourront siéger aux Communes en personne en vertu des règles en vigueur le 22 novembre.

Les députés de toutes les autres formations politiques aux Communes disent avoir eu leurs deux doses contre la COVID-19, à l'exception d'une élue libérale qui n'a pu être vaccinée pour des raisons médicales.

Les détails entourant la mise en oeuvre de ces politiques de vaccination obligatoire aux Communes et au Sénat se font toujours attendre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !