•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École Hidden Valley : Sandy Silver soutient l’ex-ministre de l’Éducation

Tracy-Ann McPhee regarde Sandy Silver lors d'une conférence de presse.

Sandy Silver affirme que Tracy Ann-McPhee restera dans son cabinet ministériel malgré une motion non contraignante déposée à son encontre.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

Mercredi, les députés de l’opposition de l’Assemblée législative du Yukon ont demandé, à l’unanimité, la démission de la ministre Tracy-Ann McPhee, mettant en cause sa gestion d’un cas d’agression sexuelle dans une école de Whitehorse. Une motion ignorée par le premier ministre.

Le premier ministre du territoire, Sandy Silver, a décidé de protéger sa ministre contre vents et marées. Mercredi, il a affirmé être le seul à pouvoir décider qui fait partie de son cabinet ministériel et a soutenu que Tracy-Ann McPhee, n’irait nulle part.

J’ai une confiance totale en elle. Elle restera au cabinet pour faire le travail important que les Yukonnais attendent d’elle.

Mme McPhee était la ministre de l'Éducation en 2019 quand William Auclair-Bellemare, un aide-enseignant à l’École élémentaire Hidden Valley, a été arrêté et accusé de contacts sexuels.

Des documents obtenus par CBC montrent que le ministère de l’Éducation a émis des communications sur l’arrestation de M. Auclair-Bellemare dès décembre 2019, mais aucune n’a été transmise aux parents.

Tracy McPhee est maintenant ministre de la Santé et Vice-première ministre.

Le spectre d’un vote de confiance

Mercredi, le parti du Yukon a déposé une motion non contraignante demandant à Mme McPhee de démissionner du cabinet.

La majorité des 19 députés du territoire, dont huit du Parti du Yukon et trois du Nouveau Parti démocratique (NPD), ont soutenu la motion. Les députés libéraux s’y sont opposés.

Le chef de file du Parti du Yukon, Currie Dixon, a affirmé n’avoir pas encore fermé la porte à un vote de confiance si la ministre McPhee reste au cabinet malgré la motion. Cela pourrait potentiellement mettre le gouvernement minoritaire de Sandy Silver en mauvaise posture.

Si le premier ministre veut ignorer la motion, la volonté clairement exprimée de la Législature, il se retrouvera à faire outrage à celle-ci.

Brad Cathers parle à l'Assemblée législative du Yukon.

Brad Cathers, député du Parti du Yukon, affirme que la ministre McPhee a refusé de rendre des comptes sur son rôle dans l'affaire de l'École Hidden Valley.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Brad Cathers, un autre membre du Parti du Yukon et qui représente la circonscription dans laquelle se trouve l’École Hidden Valley, a affirmé que son parti n’a jamais, auparavant, demandé la démission d’un ministre.

Nous n’en sommes pas arrivés ici facilement. Nous avons passé des semaines à poser des questions de la part des parents, auxquelles la vice-première ministre a refusé de répondre. Des questions raisonnables sur son rôle, ce qu’elle savait et comment elle a agi.

« Refuser de rendre des comptes est inacceptable. Refuser de répondre à des questions raisonnables sur ses actions en tant que ministre est inacceptable. »

— Une citation de  Brad Cathers, membre du Parti du Yukon, député de la circonscription qui comprend l'École Hidden Valley

M. Cathers a accusé le gouvernement d’être plus enclin à protéger sa ministre plutôt qu’à rendre des comptes.

La cheffe du NPD témoigne

La cheffe du NPD, Kate White a pour sa part affirmé que le fait que la ministre ait échoué à tenir informés les parents en 2019 sur ce qu’il s’est passé à l'École Hidden Valley est le nœud du problème. Selon elle, les étudiants n'ont pas eu accès au soutien dont ils avaient besoin.

Mme White, qui avait prévenu qu’elle ne donnerait pas de consignes de vote à ses collègues du parti, s’est montrée émue lorsqu’elle a raconté une expérience qu’elle a vécu lorsqu’elle était élève en primaire et qui l’a hantée pendant des années.

Kate White parle à l'Assemblée législative du Yukon.

Mercredi, la cheffe du NPD du Yukon, Kate White a témoigné d'une expérience traumatisante qui lui est arrivée lorsqu'elle était elle-même élève.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Après avoir été agressée par un homme étrange dans les toilettes de son école, elle a réussi à s’enfuir, mais affirme avoir fait face à un traumatisme pendant de nombreuses années. Mme White a précisé qu’elle avait pu obtenir l’aide dont elle avait besoin.

Elle pense que pour ce qu’il s’est passé en 2019, il y a eu la reconnaissance d’un problème, que la confiance a été brisée et qu’au moins un enfant a été lésé. Et c’est là que se situe le problème.

Les parents n’ont pas été informés. Ils font face à la culpabilité, à la colère et à la tristesse, souligne Mme White.

Avec des informations de Paul Tukker et Anna Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !