•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours au coude-à-coude, Coderre et Plante ne tiennent rien pour acquis

Montage des visages de Denis Coderre et de Valérie Plante.

Les candidats à la mairie de Montréal Denis Coderre et Valérie Plante entament la dernière ligne droite avant le scrutin municipal.

Photo : Radio-Canada/La Presse canadienne / Ivanoh Demers/Graham Hughes

À un peu plus d'une semaine du scrutin municipal, les deux principaux candidats à la mairie de Montréal, Denis Coderre et Valérie Plante, ont assuré tout mettre en œuvre pour gagner le vote des électeurs.

Ex aequo dans les intentions de vote selon des sondages, dont le dernier mené par Léger-Le Journal de Montréal-Montreal Gazette, les chefs d'Ensemble Montréal et de Projet Montréal ont affirmé qu'ils ne tenaient rien pour acquis.

Si se voir au coude-à-coude avec M. Coderre l'inquiète, la mairesse sortante n'en a rien laissé paraître, jeudi. Elle a dit y voir plutôt une source de motivation pour mettre les bouchées doubles d'ici au 7 novembre.

Pour nous, le fait qu’on soit à égalité, c’est une motivation, a réagi Mme Plante, en marge d'une conférence de presse à Verdun, où elle s'est engagée à rendre le stationnement gratuit pour les vétérans pendant la Campagne du coquelicot.

Quels que soient les résultats des sondages, moi je le vois comme une raison supplémentaire de tout donner, parce qu'on y croit, a-t-elle ajouté.

À quelques jours du vote par anticipation, qui se tient les 30 et 31 octobre, la cheffe de Projet Montréal s'est dite aux commandes d'une machine bien huilée, qui ne manque ni de bénévoles ni de financement.

Sur le terrain, a-t-elle souligné, jeunes et moins jeunes témoignent de leur intérêt pour sa formation. Ne reste qu'à les convaincre de se rendre aux urnes.

« Le défi, c'est vraiment que ce désir-là se matérialise en : "Je m'en vais voter ce matin". »

— Une citation de  Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

L'habitation, la sécurité de nos quartiers puis la transition écologique, ça, c'est Projet Montréal. C'est pas une vocation tardive; ça a toujours fait partie de notre ADN, a-t-elle insisté, évoquant ainsi le reproche que lui a adressé M. Coderre tout au long de la campagne.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Mais de l'avis du chef d'Ensemble Montréal, les citoyens demandent une alternative après quatre ans de désarroi durant lesquels on a perdu le contrôle des dépenses et des fonds. Le plus récent sondage vient confirmer l'idée selon laquelle une majorité de gens veulent avoir du changement, a déclaré M. Coderre jeudi matin.

Le candidat à la mairie, qui souhaite retrouver le siège qu'il a occupé de 2013 à 2017, a néanmoins exprimé la même réserve que son adversaire : Il ne faut jamais rien prendre pour acquis, a-t-il dit.

Ce qui m’horripile le plus, c’est que, si on était pour la démocratie, on se serait arrangé pour que les 70 ans et plus puissent avoir la capacité d’avoir un vote postal, a déploré M. Coderre, qui a la cote chez les électeurs plus âgés, selon les sondages.

Satisfait du travail de son équipe, Denis Coderre ne se laisse pas démonter par l'idée que le candidat de Mouvement Montréal, Balarama Holness, viendrait gruger son électorat, notamment chez les citoyens anglophones.

« Moi, je suis optimiste et je dis aux gens : ''Nous sommes l'alternative''. »

— Une citation de  Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal

Tandis que Valérie Plante a vanté la crédibilité et la combativité de son équipe, Denis Coderre s'est dit convaincu d'être entouré des meilleures personnes pour composer la prochaine administration.

Sa stratégie au cours de la prochaine semaine : faire un maximum d'appels et rendre visite aux électeurs, a-t-il résumé.

De passage dans Griffintown, jeudi, le chef d'Ensemble Montréal a promis une meilleure gestion des nombreux chantiers qui compliquent les déplacements dans certains quartiers de la métropole. Le renforcement d'un système bonus-malus, qu'il avait testé durant ses années au pouvoir, permettrait d'accélérer les travaux, a-t-il proposé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !