•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook change de nom pour Meta

Un homme agite les mains en présentant un logo et un nouveau nom d'entreprise.

Mark Zuckerberg a dévoilé le nouveau nom de son entreprise lors de l'événement Facebook Connect jeudi.

Photo : Facebook

Radio-Canada

L’événement Facebook Connect avait des ambitions bien plus grandes que de montrer les nouvelles avancées de l’entreprise en matière de réalité virtuelle et de réalité augmentée. Le président-directeur général (PDG) de Facebook, Mark Zuckerberg, a dévoilé à la toute fin de son discours d’ouverture le nouveau nom que compte adopter le géant de la technologie : Meta.

Meta englobera les réseaux sociaux Facebook et Instagram, en plus d’Oculus (qui deviendra Meta Quest), des applications WhatsApp et Messenger, ainsi que des autres marques autrefois affiliées au groupe Facebook. Le nom du réseau social Facebook demeure donc inchangé.

Ce nouveau nom vise à refléter les ambitions de l’entreprise concernant le métavers, ce monde virtuel accessible au moyen d’un casque de réalité virtuelle ou par la réalité augmentée, un projet sur lequel elle planche actuellement.

Mark Zuckerberg a également précisé avoir choisi Meta, qui signifie au-delà en grec ancien, afin de montrer qu’il y a toujours plus à construire. Le nouveau logo bleu ressemblant au symbole de l'infini en mathématiques abonde en ce sens.

Mark Zuckerberg avait lancé en 2015 un outil de découverte de la recherche biomécale sous le nom de Meta, avec sa femme médecin Priscilla Chan. On peut d’ailleurs voir depuis jeudi matin à l’adresse Meta.org une nouvelle barre indiquant que le groupe compte mettre fin aux activités du site le 31 mars 2022.

Ce n’est pas la première fois qu’un géant du web change d’identité. En 2015, Google est devenu Alphabet, afin de se positionner non seulement comme un moteur de recherche, mais aussi comme une entreprise touchant aux multiples branches de la technologie.

Une diversion, selon des critiques

Ce changement de nom est interprété comme une manœuvre de distraction par les critiques du groupe californien empêtré dans les scandales et les controverses.

[La firme] pense qu’un nouveau nom de marque peut l’aider à éviter le sujet, a indiqué la semaine dernière Le vrai conseil de surveillance de Facebook (The Real Facebook Oversight Board), une organisation non gouvernementale d’activistes anti-Facebook.

La colère des autorités et de la population s’est amplifiée ces dernières semaines avec les révélations d’une lanceuse d’alerte, Frances Haugen, qui martèle que Facebook prioriserait les profits plutôt que la sécurité de ses utilisateurs et utilisatrices.

Une vision du métavers

Lors du discours d’ouverture de Facebook Connect, Mark Zuckerberg et d’autres têtes dirigeantes du géant de la technologie ont aussi montré leur vision de Horizon, le nom que donne l’entreprise au métavers qu’elle est en train de créer.

Le métavers est la prochaine étape de l’Internet mobile, a déclaré Mark Zuckerberg au début de la diffusion.

Selon ces personnes, Horizon va révolutionner notre quotidien, du travail au divertissement, en passant par le sport.

Horizon Worlds, par exemple, servira à construire des mondes virtuels dans lesquelles des fêtes pourront être organisées.

Les utilisateurs et utilisatrices pourront notamment recréer virtuellement une copie de leur résidence dans laquelle se déplacera leur avatar, de plus en plus réaliste. Ce dernier pourra choisir des morceaux dans sa propre garde-robe de vêtements numériques.

« Les avatars seront aussi courants que les photos de profil le sont de nos jours. »

— Une citation de  Mark Zuckerberg

Les internautes auront également la possibilité de se téléporter dans n’importe quel lieu, mais aussi dans n’importe quelle époque, a-t-il ajouté.

Le travail hybride régnera en maître dans le futur imaginé par Mark Zuckerberg. La nouvelle plateforme Horizon Workrooms en est un bon exemple. Lancée au mois d’août, elle permet le travail collaboratif en réalité virtuelle entre collègues.

Plusieurs avatars sont dans une salle virtuelle alors qu’un écran sur le mur diffuse les images des vraies personnes.

Horizon Workrooms est une salle de réunion virtuelle collaborative.

Photo : via reuters / Facebook

Le métavers dans la forme présentée jeudi n’est toutefois pas encore au point. Il s’agit des balbutiements d’un travail qui s’étalera sur plusieurs décennies, selon le PDG de Meta. Le géant précise également qu’une attention particulière est accordée à la confidentialité et à la sécurité dans la construction de cet univers.

Mais le Facebook Reality Labs, le service de Meta qui se consacre à ces technologies, y travaille déjà. Cette filiale compte plus de 10 000 travailleurs et travailleuses, et le géant a annoncé la semaine dernière ses intentions de doubler ce nombre avec des embauches en Europe, notamment.

À court terme, le géant californien compte déployer la fonction d’appel en réalité virtuelle sur Messenger. Cet outil permettra notamment aux propriétaires de casque Oculus de s’inviter (du moins d’inviter des avatars) à jouer à des jeux dans une version virtuelle de leur maison, appelée Horizon Home.

Meta a également indiqué qu’elle allait introduire un moyen pour ces personnes d’utiliser différentes applications 2D comme Slack, Dropbox et Facebook, tout en étant dans cet espace en réalité virtuelle.

Le géant a aussi annoncé qu'une version en réalité virtuelle du jeu vidéo Grand Theft Auto: San Andreas, un classique de la console PlayStation 2, est en cours de développement pour le casque Oculus Quest 2.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !