•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un employé d’un hôpital de Winnipeg soupçonné de deux meurtres et d’agression grave

Cinq policiers debout devant un hôpital en brique.

Des policiers devant l'Hôpital général Seven Oaks, à Winnipeg, mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Darin Morash

Radio-Canada

Un employé de l’Hôpital général Seven Oaks de Winnipeg a été arrêté en lien avec une attaque à l’arme blanche contre une employée mercredi. La police croit qu’il est également lié à deux homicides découverts le même jour.

La Gendarmerie royale du Canada et le Service de police de Winnipeg enquêtent sur ces incidents.

Une sexagénaire a été sérieusement blessée durant une agression à l’arme blanche survenue dans l’atrium près de l’entrée principale de l’hôpital, mercredi vers 14 h 30.

Elle est dans un état grave, mais stable, selon le président-directeur général de l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Mike Nader.

Un homme dans la trentaine a été arrêté à la suite de l'agression. Il est toujours en détention, a dit une porte-parole de la police, Dani McKinnon, lors d’une conférence de presse jeudi organisée conjointement avec la GRC.

Selon M. Nader, le suspect n’était pas à l’horaire au moment de l’attaque. 

Dans leur conférence de presse, les policiers ont dit n’avoir aucune raison de croire que les motifs et les circonstances de l’attaque pourraient avoir un lien avec la pandémie. 

Le personnel de la santé comme la population [en général] a des frustrations par rapport à la COVID-19. On vit une situation où de plus en plus de travailleurs de la santé subissent des abus et de la frustration du public , a toutefois déclaré Mike Nader.

Mike Nader à l'extérieur de l'Hôpital Seven Oaks

Le président-directeur général de l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Mike Nader.

Photo : Radio-Canada

Le fil des événements

Le suspect serait lié à un incident découvert vers 12 h 40 mercredi lorsque la GRC de Saint-Pierre-Jolys a été appelée pour une vérification du bien-être dans une résidence de New Bothwell, une petite communauté située à environ 40 kilomètres au sud de Winnipeg. Les policiers ont découvert une femme de 73 ans morte.

Vers 13 h 30, la GRC de Saint-Pierre-Jolys a contacté la police de Winnipeg lui demandant de l'aide, puisque le suspect se déplaçait en direction de Winnipeg.

Selon Julie Courchaine, agente de la GRC, la victime et l’homme se connaissaient.

Plus tard dans la soirée, la GRC s'est rendue dans une résidence de la rue Toronto, à Winnipeg, dans le cadre de leur enquête concernant l’homicide survenu à New Bothwell. Les policiers ont découvert un homme âgé de 70 ans qui aurait aussi été victime d’un homicide.

L'Unité des crimes majeurs de la GRC et l’Unité des homicides de la police de Winnipeg enquêtent sur les trois incidents.

 Une maison en pierres entourée de ruban policier jaune.

Une maisonde la rue Toronto à Winnipeg, près de l'avenue St. Matthews, était toujours entourée de ruban jaune de police jeudi.

Photo : Radio-Canada / Trevpr Brine

Selon les policiers, l'homme connaissait les trois victimes, mais ne confirment pas leurs liens.

Aucune accusation n’a été portée pour le moment, alors que l’enquête n’en est qu’à ses débuts, note l’agente Dani McKinnon.

Ce n’est pas souvent que nous avons trois événements majeurs qui sont liés. Donc, il y a beaucoup de choses à rassembler ici, déclare-t-elle.

Les policiers ne recherchent pas d’autres victimes ni d’autres suspects.

Dans leur enquête, les forces de l’ordre invitent les personnes qui auraient de l’information sur ces événements à la transmettre à la police de Winnipeg, au 204 986-6508, ou à la GRC, au 431 489-8105. Les informations peuvent aussi être données de façon anonyme à Échec au crime, au 204 786-8477.

Sécurité renforcée à l’Hôpital et réadmission des visiteurs

Selon Mike Nader, depuis jeudi, à 14 h, les visites sont à nouveau permises à l’Hôpital Seven Oaks.

Elles avaient été interrompues mercredi, parce que la police était sur place toute la soirée. L’entrée principale qui donne sur l’avenue Leila était fermée pour l’enquête.

Mike Nader affirme que des mesures de sécurité supplémentaires ont été mises en place, notamment l’ajout d’agents de sécurité.

Ce n’était pas un problème de sécurité. C’est un individu qui a fait un acte prémédité. Mais on a révisé nos protocoles de sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !