•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Sudbury exige l’isolement de toute personne présentant des symptômes

Penny Sutcliffe en conférence de presse pour la COVID-19.

La médecin-hygiéniste du Bureau de santé publique de Sudbury, Dre Penny Sutcliffe, a émis de nouvelles directives jeudi. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En réponse aux sept éclosions actives sur le territoire de Santé publique Sudbury et districts (SPSD), les autorités sanitaires ont émis de nouvelles directives d’isolement préventif pour les individus entrés en contact avec des cas positifs ou des cas potentiellement positifs.

Les résidents concernés sont priés de s’isoler chez eux et de ne pas sortir à moins d’avoir accès à un balcon ou une cour clôturée qui permet d’éviter d'interagir avec les autres.

L’ordre demande aux résidents du territoire de se mettre en isolement préventif si :

  • Une personne est un cas confirmé ou un cas probable de COVID-19

  • Une personne a des symptômes, qu’ils soient nouveaux, légers ou graves

  • Une personne est en attente du résultat d’un test

  • Une personne de leur entourage a reçu un diagnostic positif (même en l’absence de symptômes)

Tout résident récalcitrant pourrait recevoir une amende de 5000 $ pour chaque jour où il ne respecte pas ces exigences.

Le site web du Bureau de santé publique (Nouvelle fenêtre) indique combien de temps d’isolation est requis selon le type de cas.

Plusieurs éclosions

La majorité des cas actifs se trouvent à trois endroits : à la prison de Sudbury, qui compte 59 cas actifs; au parc Mémorial, qui en compte 21, et dans une école, où 6 élèves ont reçu un diagnostic positif.

L'école Ste-Marie, à Azilda, est fermée jusqu'au 12 novembre inclusivement en raison d'une éclosion.

« Bien que la province de l’Ontario voie le nombre de cas de COVID-19 diminuer, la tendance ici est inverse. »

— Une citation de  Communiqué de presse de Santé publique de Sudbury et districts publié jeudi matin

Nous n’avons rien fait de mal, assure le communiqué. Mais ces chiffres récents montrent l’importance d’en faire plus [pour limiter la propagation].

Evie Ali, la directrice générale de Go Give Project, affirme que la situation au campement de sans-abri au parc Mémorial cause beaucoup de stress.

C'est beaucoup [de cas], le nombre est très élevé. On sait que certains individus ne s'isolent pas, affirme-t-elle, en ajoutant que les bénévoles et leur famille risquent aussi d'être infectés.

Nous avons clairement besoin de plus de soutien, ajoute Mme Evie, qui coordonne une équipe de trois bénévoles qui doivent composer non seulement avec la COVID-19, mais aussi avec la crise des opioïdes et l'arrivée prochaine de l'hiver.

Des indicateurs inquiétants

Dans le territoire administré par le SPSD, un total de 165 nouveaux cas a été recensé au cours des 7 derniers jours.

Si l’on calcule par population, ce chiffre indique qu’il y a 83 cas par 100 000 habitants. À titre comparatif, on recense seulement 17 cas par 100 000 habitants à l’échelle de la province.

D’ailleurs, la proportion de tests de dépistage dont le résultat est positif est également à la hausse.

La hausse des cas actifs entraîne une augmentation des hospitalisations, et l'hôpital Horizon Santé-Nord enregistre déjà le plus haut taux d’occupation de lits parmi tous les hôpitaux ontariens ayant plus de 100 lits dédiés aux soins intensifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !