•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal d’Ottawa approuve 65 M$ supplémentaires pour la future bibliothèque

Un croquis de la future bibliothèque centrale d'Ottawa.

L'architecture proposée de la nouvelle bibliothèque centrale d'Ottawa.

Photo : Ville d'Ottawa

Radio-Canada

Le conseil municipal d'Ottawa a voté pour dépenser 65 millions de dollars supplémentaires pour la future bibliothèque centrale qui sera construite sur les plaines LeBreton, après que la hausse des coûts de construction ait entraîné une augmentation substantielle du coût du projet.

Le coût du projet connu sous le nom de Ādisōke, un terme de la langue anishinābemowin qui désigne l’art du récit, a récemment grimpé de 131 millions de dollars, soit une augmentation de près de 75 %, pour atteindre une facture totale de 306 millions de dollars.

La nouvelle succursale centrale est un projet conjoint avec Bibliothèque et Archives Canada (BAC), qui va payer environ 40 % du coût du projet.

Le Conseil du Trésor avait déjà approuvé l'augmentation des coûts pour la partie fédérale du projet, tandis que le comité des finances et du développement économique d'Ottawa a accepté les augmentations budgétaires et avait recommandé au conseil d’y donner le feu vert.

Un rapport publié plus tôt ce mois-ci a révélé à quel point la pandémie, les problèmes en approvisionnement et l'inflation de la construction avaient fait monter en flèche le budget d'Ādisōke.

La conseillère Meehan vote contre

Le conseil municipal a finalement voté à 22 voix contre une mercredi en faveur du plan global d'augmentation du financement, provenant d'emprunts de la Ville et d'argent tiré des fonds déjà accumulés de la bibliothèque.

La conseillère Carol Anne Meehan, membre du conseil d'administration de la bibliothèque, était la seule voix contre. Elle a fait part de ses préoccupations concernant les délais serrés et l'effet que l'augmentation des dépenses pourrait avoir sur d'autres projets municipaux.

Photo du centre-ville l'hiver, où on a ajouté l'architecture suggéré pour la bibliothèque.

Voici ce à quoi pourraient ressembler les plaines LeBreton après la construction de la bibliothèque centrale.

Photo : Gracieuseté : Ville d'Ottawa

Nous voyons si souvent d’autres projets refusés dont nous avons besoin dans nos communautés, a-t-elle soutenu lors des discussions sur le sujet à l’ordre du jour de la réunion du conseil municipal. Je pense qu'il n'est pas juste que cela se passe comme cela.

Plusieurs autres conseillers se sont opposés à des éléments spécifiques, notamment le financement d'un stationnement souterrain qui sera construit sur le site adjacent au train léger, mais ont finalement voté en faveur.

Avant le vote, le maire Jim Watson a exhorté ses collègues du conseil à ne pas s'attarder sur les détails du projet, mais à considérer plutôt l'incroyable potentiel de ce bâtiment.

L'installation sera construite par la firme d'architecture torontoise Diamond Schmitt, la même firme qui a repensé le Centre national des Arts.

Image créée, sur laquelle on voit un atrium sur plusieurs étages, avec des gens qui circulent au rez-de-chaussée.

Ce à quoi pourrait ressembler l'atrium d'Ādisōke, la nouvelle bibliothèque centrale d'Ottawa.

Photo : Gracieuseté : Ville d'Ottawa

Ādisōke propose d’être neutre en carbone, conçue en pensant aux futures pandémies et transformerait le centre-ville, a déclaré M. Watson.

Lorsque vous regardez en arrière sur les plaines LeBreton, cela fait 60 ans de tergiversations et d'échecs , a déclaré le maire Watson. Il s'agira du premier projet important qui amorcera la revitalisation des plaines LeBreton.

Si tout se passe comme prévu, la nouvelle bibliothèque centrale devrait ouvrir ses portes en 2026.

Avec des informations de Trevor Pritchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !