•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caméra cachée dans les toilettes : un médecin perd son permis

Les accusations criminelles contre le médecin accusé de voyeurisme ont été abandonnées en raison de retards dans la présentation de la cause.

Gros plan sur un stéthoscope autour du cou d'un docteur

La révocation du permis de pratiquer la médecine était nécessaire, a conclu le Collège des médecins.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Un médecin de la Nouvelle-Écosse a accepté de renoncer à son permis de pratiquer la médecine, après qu'une minuscule caméra eut été découverte sur le mur des toilettes du personnel de sa clinique.

La semaine dernière, le Collège des médecins et chirurgiens de la Nouvelle-Écosse, l'organisme de réglementation de la profession médicale de la province, a rendu sa décision au sujet du Dr Rafid Sabah Al-Nassar, qualifiant les actions présumées de déshonorantes et de non professionnelles.

Le rapport du comité de discipline allègue que Rafid Al-Nassar a placé un crochet contenant une caméra cachée pointée vers les toilettes de la clinique Westside Medical à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse.

La caméra, qui a été trouvée par un employé en mars 2016, contenait une carte SD où l’on voyait un membre du personnel utilisant les toilettes.

Le 29 novembre 2016, le service de police de New Glasgow a accusé Rafid Al-Nassar de voyeurisme. Le Collège des médecins a ouvert une enquête le même jour.

Les accusations criminelles contre Al-Nassar ont été abandonnées parce qu'il y a eu trop de retards dans la présentation de la cause au tribunal et que les droits de l'accusé ont été bafoués.

Le Collège des médecins affirme que Rafid Al-Nassar a admis les allégations faites à son endroit.

À notre avis, la révocation du permis et de l'inscription du Dr Al-Nassar est nécessaire pour maintenir la confiance du public dans la capacité du Collège de réglementer la profession médicale en Nouvelle-Écosse dans l'intérêt du public, indique la décision.

Aux termes de l'accord, M. Al-Nassar peut demander sa réintégration dans deux ans.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.