•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diane Lebouthillier continuera de défendre les intérêts régionaux

Diane Lebouthillier sourit en levant une main pour saluer.

Diane Lebouthillier conserve sa place au conseil des ministres du gouvernement Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Sans surprise, Diane Lebouthillier se dit « très fière » de faire partie du nouveau conseil des ministres fédéraux, présenté mardi par le premier ministre Justin Trudeau.

La députée de la Gaspésie–Les-Îles-de-la-Madeleine dit être satisfaite que son mandat soit reconduit au ministère du Revenu national dans le nouveau cabinet, lors du point de presse téléphonique qu'elle tenait mercredi depuis la salle de conférence de l'Agence du revenu.

À ce poste, elle a constaté que la durée de mandat des ministres ne dépassait généralement pas18 mois. Pour moi, c'était important d'amener une stabilité en tant que ministre du Revenu national. D'y revenir, c'est une grande fierté.

Diane Lebouthillier soutient qu'elle n'a pas convoité le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, attribué à Joyce Murray, originaire de la Colombie-Britannique.

Ce n'est pas du tout un problème pour moi. Ce n'est pas ça qui va m'empêcher de travailler les dossiers de la région, clarifie la ministre.

Elle assure qu'elle poursuivra une étroite collaboration avec son homologue des Pêches sur les dossiers qui touchent la région de la Gaspésie et des Îles. Ce sera le cas pour le retour de la pêche au sébaste dans le golfe du Saint-Laurent, dossier sur lequel le ministère des Pêches a lancé un processus de consultation.

Les enjeux régionaux en ligne de mire

La ministre assure qu'elle poursuivra les orientations qu'elle a annoncées durant sa campagne pour continuer de développer la région.

Elle mentionne les efforts en faveur du développement touristique de la Gaspésie, à l'instar de l'entreprise Chic-Chac, qui dynamise Murdochville.

Elle souligne également le travail qui doit être fait pour la remise à niveau des infrastructures de Grande-Grave dans le Parc national Forillon et du port de Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine. Elle ajoute qu'il faut travailler le quai de Grande-Rivière et la cale de halage. Ce sont des dossiers qui sont importants pour la région, et tous ces dossiers cheminent.

Un nouvel enjeu s'ajoute sur sa table de travail, celui du transport.

Si c'est un défi pour moi, c'est un défi pour toute la population qui va vouloir voyager, estime la ministre qui a pris l'avion pour se rendre à Ottawa. Elle aimerait améliorer la connexion avec les grands aéroports, surtout que la compagnie Air Canada a cessé la desserte de l'Est-du-Québec.

Par ailleurs, la ministre ne laisse pas de côté les enjeux environnementaux. Elle se dit sensible à au problème de l'érosion du littoral qui touche la péninsule.

Réforme de l'assurance chômage

Interrogée sur la réforme de l'assurance chômage qu'elle promet depuis ses précédents mandats, la ministre du Revenu national se défend que le travail est un long processus.

Ce qu'elle peut garantir au moins, c'est qu'elle défendra les particularités de la région autour de la table du conseil des ministres. Diane Lebouthillier a conscience du rythme saisonnier de plusieurs secteurs qui animent la Gaspésie comme les Îles.

Elle ne souhaite pas que la pénurie de travailleurs entraîne un conflit entre l'industrie saisonnière et les employeurs qui cherchent de la main-d'œuvre à l'année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !