•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vandalisme antidémocratique dénoncé à Drummondville

Pancarte vandalisée où on peut lire, en graffiti, les mots parasite systémique.

Le candidat au poste de conseiller, à Drummondville, Yves Grondin, dénonce le vandalisme de ses pancartes et les attaques reçues sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des candidats de la Ville de Drummondville dénoncent les actes de vandalisme qui se multiplient depuis le début de cette campagne électorale municipale.

Le vandalisme des pancartes électorales est un phénomène courant au Québec, mais la Ville de Drummondville y avait échappé jusqu'ici. Toutefois, la donne a changé. Graffitis, démolition ou encore, messages agressifs, sont des phénomènes qu'on peut voir dans les rues.

Attaques personnelles

Yves Grondin se présente au poste de conseiller. Depuis qu'il a donné son appui à la candidate à la mairie, Stéphanie Lacoste, plusieurs de ses pancartes ont été vandalisées. On peut lire sur l'une d'elles les mots parasite systémique. Il qualifie la situation de hors-norme après avoir reçu plusieurs messages sur les réseaux sociaux.

Le niveau de langage n'est vraiment pas fin et intimidant. Des attaques personnelles qui sont faites, c'est ce dont je suis victime en ce moment. L'idée c'est de garder la tête hors de l'eau. Mais en même temps c'est de dénoncer ce type de langage qui n'est pas constructif. C'est des attaques personnelles qui inquiètent nos amis et nos familles , conclut Yves Grondin.

Une pancarte démolie au sol.

Depuis 1987, il s'agit de la deuxième élection municipale où plusieurs candidats se présentent à la mairie de Drummondville.

Photo : Radio-Canada

Deuxième lutte électorale depuis 1987

Au cours du long règne de 26 ans de l'ancienne mairesse de Drummondville, Francine Ruest-Jutras, celle-ci était réélue sans opposition, laissant peu de places aux affrontements entre les candidats à la mairie.

À la suite de son départ, en 2013, le maire Alexandre Cusson lui avait succédé en remportant une vaste de majorité des voix. Il avait été réélu par acclamation en 2017.

En 2020, l'actuel maire sortant de Drummondville, Alain Carrier, a pris les rênes de la ville, une fois de plus, sans opposition.

Ainsi, depuis 1987, il s'agit seulement de la deuxième lutte entre candidats aspirant à la mairie de Drummondville. En effet, en 2021, trois candidats font campagne pour remporter la mairie de Drummondville. Une lutte qui semble susciter des réactions chez les citoyens.

Trois candidats unis dans la dénonciation

D'après la candidate à la mairie Stéphanie Lacoste, ces comportements agressifs risquent de faire fuir la relève. Si on veut une vraie relève politique, si on veut que les gens s'impliquent, il faut que ce soit fait dans le respect, dit-elle.

Othmen Bouattour, aussi candidat à la mairie à Drummondville, souhaite sensibiliser les gens à l'importance de préserver les pancartes pour la démocratie. Il invite les futurs électeurs à préserver ces affiches, parce que c'est un message qui est transmis à l'ensemble des Drummondvillois et Drummondvilloises à travers ces affiches-là.

Le maire sortant, Alain Carrier, a lui aussi dénoncé ces gestes de vandalisme lors d'une conversation téléphonique avec Radio-Canada.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !