•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination des fonctionnaires : pas de report de la date butoir, dit Mona Fortier

Mona Fortier, de profil, en train de sourire lors d'une conférence de presse.

Mona Fortier, députée d'Ottawa-Vanier, est devenue présidente du Conseil du Trésor, mardi (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

La nouvelle présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, écarte l’idée de repousser la date butoir du 29 octobre à laquelle les fonctionnaires fédéraux doivent attester qu’ils sont vaccinés contre la COVID-19 pour éviter d’être placés en congé sans solde.

Non, a répondu la ministre mercredi, lorsqu’elle a été appelée à dire si elle envisageait cette option, en entrevue à l’émission Sur le vif.

Depuis l’élection et même avant, on avait déjà annoncé que la vaccination serait obligatoire. Ce n'est pas quelque chose qu’on a appris il y a quelques jours, a-t-elle dit.

Le gouvernement du Québec a, de son côté, déjà repoussé la date limite pour que les travailleurs de la santé de la province soient vaccinés obligatoirement. Cette échéance, d’abord fixée au 15 octobre, a été reportée au 15 novembre et pourrait l’être à nouveau pour éviter un manque criant de personnel.

Du côté d’Ottawa, la politique d’obligation vaccinale des fonctionnaires fédéraux donne aux employés jusqu’à vendredi pour qu’ils remplissent une déclaration de statut vaccinal.

Ceux qui n'auront pas été vaccinés contre la COVID-19 seront placés en congé sans solde à compter du 15 novembre. Ceux qui n’auront reçu qu’une seule dose de vaccin contre la COVID-19 à la date butoir auront 10 semaines de grâce pour en obtenir une seconde.

On a mis la date butoir du 29 octobre et on poursuit avec ce plan, a ajouté Mona Fortier, mercredi, au lendemain de son assermentation comme nouvelle présidente du Conseil du Trésor. Elle a indiqué que 240 000 fonctionnaires ont déjà rempli leur attestation.

Au moment du dévoilement de la politique de vaccination obligatoire par le gouvernement Trudeau, début octobre, l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) avait jugé le délai fixé « très court ».

Le vice-président national du syndicat, Stéphane Aubry, avait dit craindre que des employés qui peuvent être exemptés en raison d’un problème médical, par exemple, puissent manquer de temps pour prouver le bien-fondé de leur motif.

Par ailleurs, il reste à voir quel pourcentage de fonctionnaires auront répondu qu’ils sont doublement vaccinés et quelle proportion, a contrario, auront répondu par la négative. Ces informations n’ont pas encore été divulguées par Ottawa.

Interrogée à savoir quel est le plan pour remplacer les employés qui tomberont en congé sans solde, Mme Fortier a dit attendre d’avoir un portrait plus complet de la situation.

Le 29 octobre, on va avoir une meilleure idée d’où nous sommes rendus et on va développer des scénarios et travailler avec ça, a-t-elle offert comme réponse.

Retour espéré des fonctionnaires au centre-ville de Gatineau

De leur côté, des commerçants du Vieux-Hull, à Gatineau, espèrent que la vaccination obligatoire des fonctionnaires fédéraux hâtera leur retour au travail en présentiel. Plusieurs s'impatientent de les voir fréquenter de nouveau le quartier et, par le, fait même, leur établissement.

Je pense qu'avec la vaccination, les gens seront en mesure de revenir au travail. On a un meilleur contrôle sur la maladie, on la connaît plus, et puis la vie doit continuer, a soutenu le copropriétaire du café-bistro Le Troquet et membre du conseil d'administration de Vision Centre-Ville Gatineau, Éric Gaudreault, en entrevue.

Un homme accorde une entrevue devant un bar.

Éric Gaudreault, copropriétaire du café-bistro Le Troquet, à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

Il a souligné qu'un éventuel retour des fonctionnaires en présentiel, quelques jours par semaine, aiderait les entrepreneurs comme lui à se relever de l'impact financier de la pandémie de COVID-19.

Je pense que ça serait bien économiquement [et aussi] pour la santé mentale de ceux-ci. Ce serait bien pour la vitalité économique de notre centre-ville et des centres-villes partout au Canada, a-t-il insisté.

Mona Fortier est restée vague sur les prochaines étapes vers un retour en présentiel des fonctionnaires. Elle a affirmé qu'elle aura prochainement des rencontres d'information sur le sujet et que différents scénarios devraient éventuellement être considérés.

Avec les informations d'Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !