•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un financement pour les élèves de la 1re à la 3e année ayant pris du retard à l’école

Adriana LaGrange lors d'une conférence de presse.

Adriana LaGrange, ministre de l'Éducation de l'Alberta, précise que les 45 M$ annoncés en mai seront distribués aux écoles pour les élèves de la 1re à la 3e année.

Photo : Radio-Canada

Les 45M $ annoncés en mai par le gouvernement albertain seront distribués aux écoles afin d'aider les élèves de la 1re à la 3e année qui ont pris du retard dans leur apprentissage en raison de la pandémie, a détaillé Adriana LaGrange, ministre de l'Éducation de l'Alberta, lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement va distribuer le financement à raison de 490 $ par élève pour le soutien en écriture et en lecture et en mathématique, a indiqué la ministre.

Certains élèves peuvent être admissibles aux deux types de soutien et, par conséquent, l'administration scolaire recevra 980 $ par élève pour ces élèves.

Les fonds seront utilisés pour la mise en place de divers programmes d'intervention.

L'objectif initial est de répondre aux besoins des élèves de 2e et 3e année cet automne, a précisé Mme LaGrange. Par la suite, en février 2022, une fois que leurs évaluations seront complétées, les élèves de la 1re année recevront à leur tour un soutien ciblé.

Les jeunes les plus touchés

Ces groupes d'âge ont été priorisés puisqu'ils sont les plus touchés par la pandémie, a expliqué Adriana LaGrange, précisant qu'il est plus difficile pour les plus jeunes de rattraper le retard.

Elle a mentionné qu'actuellement 38 000 élèves devraient recevoir de l'aide en alphabétisation et 25 000 en mathématiques.

En réponse aux commentaires des élèves, des parents et des professionnels de l'éducation concernant le stress et l'anxiété liés aux examens scolaires, le ministère albertain de l'Éducation modifiera temporairement la part des notes d'examens pour l'obtention de diplômes. Elle passera de 30 à 10 % pour l'année scolaire 2021-2022.

Cela permettra de prendre en compte les conséquences de la pandémie et donnera la chance aux élèves de 12e année de pouvoir poursuivre leurs études postsecondaires, a dit la ministre.

La situation actuelle en Alberta

À partir de mercredi, dans les écoles où il y a des éclosions, les élèves de la maternelle à la 6e année peuvent avoir accès à des tests de dépistage rapide à domicile.

Alors que la quatrième vague de COVID-19 s’atténue en Alberta, les autorités sanitaires signalent 645 nouvelles infections au SRAS-CoV-2 dans les dernières 24 heures.

Mercredi, le nombre de cas actifs est de 8733.

Les autorités rapportent également 10 décès de plus, dont un homme dans la trentaine.

Le taux de positivité aux tests de dépistage est de 6,14 % au cours des 7 derniers jours.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est de 810. Parmi celles-ci, 184 sont aux soins intensifs.

En date du 26 octobre, 6 497 809 doses de vaccin ont été administrées. Par ailleurs, 86,8 % des personnes admissibles ont reçu au moins une dose de vaccin et 79,4 % sont doublement vaccinées.

Des projections optimistes

Selon un groupe non gouvernemental de chercheurs de la Colombie-Britannique qui suit les taux d'infection de la COVID-19, l'Alberta devrait connaître une baisse du nombre de cas et d'hospitalisations dans les semaines à venir.

Cette projection, plus optimiste que la dernière, fait partie d'une série de rapports du BC COVID-19 Modelling Group, un projet dirigé par divers universitaires travaillant dans les domaines de l'épidémiologie, des mathématiques et de l'analyse des données.

Selon les auteurs, les données des trois dernières semaines montrent qu’il y a eu un renversement significatif dans la croissance du nombre d’admissions dans les hôpitaux de l’Alberta qui coïncide avec la mise en place de restrictions plus sévères le 15 septembre.

Selon les projections, le nombre de cas et d'hospitalisations, y compris les admissions dans les unités de soins intensifs, devrait [continuer de] diminuer tout au long du mois de novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !