•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux banderoles pour rappeler la demande d’aire protégée au sud du lac Kénogami

Des gens montent dans des échelles pour installer une banderole dans une forêt.

Des membres de l'Association pour la protection du lac Kénogami ont posé une longue banderole au kilomètre 216 de la route 175 dans la réserve faunique des Laurentides.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

L'Association pour la protection du lac Kénogami (APLK) a installé deux larges banderoles mercredi en bordure de la route 175, à l'entrée de la réserve faunique des Laurentides, pour rappeler sa demande d'aire protégée dans le secteur.

Les affiches mesurent plus de six mètres de large par un mètre de haut.

L'aire protégée est demandée depuis une quinzaine d'années au sud du lac Kénogami.

Ce qu'on essaye de faire, c'est effectivement de mettre cette aire protégée là, qu'on travaille depuis si longtemps, sur la map. Je pense que la meilleure façon, c'est de le mettre à la vue de la population pour que les gens se l'approprient, a expliqué Claude Collard, un membre de longue date de l'APLK.

Deux hommes tiennent une banderole au sol le long d'une route à quatre voies divisées.

La banderole porte l'inscription "Une forêt chez nous, pour nous".

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Si l'APLK demande depuis si longtemps la création d'une aire protégée, c'est que des coupes forestières sont prévues dans le secteur. Pour les membres de l'association, il faut plutôt protéger les lieux, d'autant plus que le potentiel récréotouristique y est énorme, selon l'organisme. Les gens, lorsqu'on leur parle d'aire protégée, pensent à tort que ce sont des territoires qui sont mis sous une cloche de verre où on ne peut absolument rien faire, ce qui est absolument faux, a précisé André Douillard.

Au lendemain de la victoire obtenue par les opposants aux coupes le long de la rivière Péribonka, l'APLK compte poursuivre sa lutte. On se rend compte que c'est malheureux, il faut toujours faire des coups d'éclats pour faire avancer les choses, a déploré Claude Collard.

Les six candidats à la mairie de Saguenay ont été invités à visiter le secteur samedi pour prendre position quant à la création d'une aire protégée.

D'après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !