•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ordonnances médicales pour passer plus de temps dans la nature

Paysage d'automne au parc Evergreen Brick Works

Sur ces ordonnances, les médecins inscrivent la fréquence, la durée et les lieux que doivent fréquenter leurs patients.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

De plus en plus de professionnels de la santé au pays donnent des ordonnances à leurs patients pour les encourager à s'évader dans la nature.

Sur ces ordonnances, ils inscrivent la fréquence, la durée et les lieux que doivent fréquenter leurs patients pour améliorer leur santé physique et mentale.

Le mouvement PaRx est arrivé en Colombie-Britannique en novembre 2020 et, depuis, il s'implante tranquillement dans différentes provinces. Il est maintenant aussi présent en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario. En moins d'un an, environ 1000 professionnels de la santé se sont inscrits au programme à travers le Canada.

PaRx pourrait aussi s'implanter ailleurs au pays. Une équipe prépare d'ailleurs un lancement au Québec, qui devrait avoir lieu au printemps.

Selon la directrice de PaRx, la docteure Melissa Lem, il s'agit d'une croissance fulgurante, puisqu'il a fallu trois ans pour atteindre ce niveau d'engagement aux États-Unis.

Recommandations et ordonnances

Priscilla Ankamah recommande souvent à ses patients de venir passer du temps au parc Gage au centre-ville de Hamilton.

L'infirmière Priscilla Ankamah recommande régulièrement à ses patients de passer du temps dans la nature pour leur bien-être physique et mental.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Priscilla Ankamah est infirmière à Hamilton et travaille principalement avec des patients atteints de problèmes de santé mentale et de dépendance. Elle est l'une des professionnelles de la santé de l'Ontario qui ont rejoint le mouvement l'hiver dernier.

Elle prescrit des escapades santé à ses patients régulièrement. Les ordonnances varient d'un patient à l'autre, selon les habiletés, l'état de santé des gens et l'accessibilité des espaces verts.

« Ça s'impose graduellement en ce moment au Canada. »

— Une citation de  Priscilla Ankamah, infirmière

Selon Priscilla Ankamah, il n'est pas nécessaire d'escalader des montagnes ou de faire de grandes expéditions. Une marche au parc ou même du temps passé dans une cour arrière peut être bénéfique.

L'ordonnance nature ne remplace pas la médication ou certains traitements, mais elle peut être un outil de plus au bien-être.

« Les gens qui passent du temps dans la nature disent être plus heureux et ont de meilleurs résultats en ce qui a trait à la pression artérielle, à la prévention du diabète, à de meilleurs effets sur l'anxiété et à la dépression. »

— Une citation de  Priscilla Ankamah, infirmière

Selon le site Internet de PaRx, s'évader dans la nature permet aussi de réduire les risques de développer des maladies cardiaques, et aide à la mémoire, à la créativité et à la satisfaction au travail, entre autres choses.

PaRx recommande deux heures d'activités en plein air chaque semaine, réparties sur plusieurs jours. Chaque sortie devrait être d'au moins 20 minutes.

Double objectif : protéger l'environnement

La médecin de famille KitShan Lee de Toronto fait elle aussi partie du groupe PaRx. Elle estime avoir remis jusqu'à maintenant une vingtaine d'ordonnances nature au cours des derniers mois.

Selon elle, l'ordonnance est plus efficace qu'une recommandation verbale d'un médecin à son patient, puisqu'elle demeure une référence tangible et officielle. Elle aide à la rétention des informations offertes par le professionnel de la santé.

Au-delà des bienfaits pour la santé, elle espère que si les gens passent plus de temps dans les espaces verts, ils auront envie de les protéger et de combattre les changements climatiques.

« Quand les gens se soucient de la nature, ils veulent aider. »

— Une citation de  Dre KitShan Lee, médecin de famille

Des aînés convaincus

Chaque vendredi, Debbie Lee guide un groupe de marcheurs, des gens de plus de 55 ans, dans un ravin du nord-est de Toronto. Beau temps, mauvais temps, c'est un moment privilégié pour la santé physique et mentale.

Debbie Lee dirige une marche santé pour les aînés à Scarborough chaque semaine.

Debbie Lee dirige une marche santé pour les aînés à Scarborough chaque semaine.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Le parc est en plein cœur de la ville, mais les boisés le protègent des grandes artères et donnent l'impression d'être à la campagne.

« Le but, c'est de prendre de l'air, de faire de l'exercice et d'explorer la nature. »

— Une citation de  Debbie Lee, coordonnatrice, Programme de santé des aînés, Scarborough Centre for Healthy communities
Trois membres du groupe d'aînés marchent ensemble dans le sentier du ravin Birkdale, à Scarborough.

Des aînés de Scarborough se rencontrent chaque vendredi pour une marche santé pour leur bien-être physique et mental

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Elle remarque depuis quelques mois un engouement pour sa marche hebdomadaire.

Quinze personnes étaient inscrites officiellement avant la pandémie, et maintenant, plus de 45 personnes y participent régulièrement. Et tous y voient des effets bénéfiques sur leur santé mentale et physique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !