•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts indépendants constatent une « stabilisation » de la pandémie en C.-B.

Une pancarte indiquant les restrictions de COVID-19.

Le groupe de modélisation estime que la Colombie-Britannique pourrait connaître une nouvelle hausse des cas si le public cessait de porter le masque ou qu'un nouveau variant émergeait.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Avec une certaine prudence, un groupe de scientifiques universitaires de la Colombie-Britannique estime, dans son rapport de modélisation de la COVID-19, que « la pandémie est largement stable » avec « une diminution d’environ 50 % [du nombre de nouveaux cas] en un mois ».

La professeure de mathématiques de l’Université Simon Fraser (SFU) Caroline Colijn précise que la modélisation démontre que la pandémie diminue à un taux d'environ 2 % par jour. Elle reconnaît que la courbe s’infléchit de manière lente, ajoutant toutefois : C’est une bonne nouvelle.

Les mesures sanitaires en vigueur, telles que la vaccination, la distanciation physique, le lavage des mains ou encore le port du masque, contribuent à cette tendance, selon la scientifique. Par ailleurs, la modélisation montre que les admissions aux soins intensifs sont au niveau observé au début de cette année, alors qu'elles avaient atteint des pics en septembre.

Une tendance à l’échelle provinciale

La professeure de la SFU avance qu'au cours des trois prochaines semaines, toutes les régions afficheront des taux de cas stables ou en baisse lente. Cela comprend les territoires couverts par les régies de santé de l'Intérieur et du Nord.

Caroline Colijn.

Caroline Colijn, chercheuse à la SFU, dit que le groupe de modélisation de la COVID-19 est une voix indépendante qui éclaire le public en synthétisant les données de la crise sanitaire.

Photo : Dale Northey (SFU)

« Dans certaines régions, c’est dû à des restrictions supplémentaires, pas seulement à la vaccination. »

— Une citation de  Caroline Colijn, professeure de mathématiques, SFU

Cependant, cette tendance n'écarte pas le recours à la prudence parce qu'il est difficile d’imaginer ce qui va se passer, selon Caroline Colijn, d’autant que les projections des scientifiques se limitent à quelques semaines. Néanmoins, elle se dit prudemment optimiste et espère que les mesures sanitaires pourront être assouplies à l’approche des fêtes de fin d’année. 

Pour que cette tendance se maintienne, la professeure de mathématiques croit que la vaccination de tous, y compris celle des enfants de moins 12 ans, est nécessaire.

Selon elle, bien qu’environ 90 % des Britanno-Colombiens admissibles à la vaccination aient reçu leurs doses, les cas quotidiens d’infections restent un peu élevés, avec une moyenne de 628 contaminations par jour en octobre.

Par conséquent, d’après Mme Colijn, il ne serait pas judicieux à l’heure actuelle de baisser la garde et d’alléger les restrictions sanitaires.

Le rapport de la modélisation évoque aussi la situation en Alberta et en Saskatchewan. Dans ces deux provinces, la tendance est similaire à celle de la Colombie-Britannique. En revanche, le nombre de cas journaliers est un peu plus élevé, surtout en Saskatchewan.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Un groupe interdisciplinaire

Caroline Colijn et d’autres scientifiques se sont regroupés sous le nom de BC COVID-19 Modelling Group. Ensemble, ces mathématiciens, épidémiologistes ou analystes de données s’adonnent régulièrement à cet exercice de modélisation indépendante de la crise sanitaire dans la province.

Le but, explique la Mme Colijn, consiste à mettre en contexte la pandémie, tout en indiquant la trajectoire du virus, en montrant et en mettant en contexte les données de la pandémie.

Le tout se fait de façon transparente, conclut la mathématicienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !