•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Albertains retournent prudemment à leurs traditions d’Halloween

Deux des enfants sont costumés en ninja et le troisième en magicien. Ils portent tous un masque ou un nylon qui fait partie de leur costume au visage.

Owen, Raphaëlla et André ont très hâte de sortir dans les rues de Calgary, le 31 octobre, après avoir passé la fête d'Halloween à la maison l'an dernier.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Certains Albertains qui ont été rebutés par la pandémie l’an dernier se préparent à retourner passer l’Halloween cette année. Toutefois, comme les cas actifs sont plus élevés qu'en 2020 et que les rassemblements sont toujours restreints, des précautions restent de mise.

Le 31 octobre dernier, Raphaëlla et ses deux cousins, Owen et André, ont passé la soirée à l'intérieur. Sa mère, Malaïka Kibonge, a fait de son mieux pour les divertir en sortant les déguisements et en récompensant leurs farces par des friandises.

Cette année, Mme Kibonge a décidé de sortir masques, désinfectants, et d'amener les enfants se promener dans les rues de Calgary pour la soirée d'Halloween.

On est tous très excités parce qu'on va pouvoir aller de maison en maison comme on faisait avant et [...rester] un petit peu tard, quand il commence à faire un peu nuit, ils aiment beaucoup ça, dit-elle.

Mme Kibonge fouille dans un sac de déguisements.

Malaïka Kibonge ressort tous les déguisements du garde-robe pour que sa fille de 8 ans, Raphaëlla, et ses neveux de 8 et 11 ans, Owen et André, puissent se préparer à passer l'Halloween.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Il y aura toutefois quelques petites différences avec les années précédentes. On va quand même désinfecter les bonbons [...] avec des lingettes, comme ça on va prendre le plus de précautions possibles, explique Malaïka Kibonge.

À Airdrie, Mélanie Lafrance a aussi très hâte de reprendre une de ses traditions : l’organisation de ce qui est, selon elle, la meilleure fête d’Halloween en ville.

Mélanie Lafrance entourée de deux jeunes femmes et d'un adolescent, tous maquillés comme des morts-vivants.

Mélanie Lafrance et ses trois enfants célèbrent toujours l'Halloween en grand et mettent beaucoup de soins à préparer leurs costumes et leurs maquillages.

Photo : Josiane Derzaph

L’an dernier, pour la première fois, elle avait laissé une amie prendre le relais. Elle s’inquiétait d’exposer sa fille, qui a la maladie de Crohn, à un trop grand risque d’infection. La fête sera de retour chez elle cette année, mais probablement pas dans sa maison.

Je me dis bon, je vais peut-être décorer l’intérieur de mon garage, on va pouvoir circuler et on va être plus dehors, explique Mélanie Lafrance. Elle aura par ailleurs moins d’invités, question de respecter les règles en place.

Les rassemblements limités

Les restrictions sanitaires en vigueur actuellement limitent les rassemblements extérieurs à 20 personnes dans toute l’Alberta.

Les rassemblements intérieurs sont interdits pour les personnes admissibles au vaccin contre la COVID-19 qui ne l’ont pas encore reçu.

Ils sont limités à un maximum de 10 individus provenant d’un maximum de deux familles pour les autres.

La semaine dernière, la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta a rappelé que la situation sanitaire actuelle est plus grave qu’elle ne l’était en octobre 2020.

Le 31 octobre dernier, l’Alberta comptait quelque 5600 cas actifs de COVID-19 et 141 hospitalisations. Elle compte aujourd'hui plus de 9000 cas actifs et 800 hospitalisations.

Nous pouvons nous amuser quand même cette Halloween, mais s’il vous plaît faites-le de façon sécuritaire, a plaidé la Dre Hinshaw.

Des conseils pour la collecte de bonbons

La coalition Partenaires d’Halloween pour la sécurité, qui regroupe des ambulanciers, policiers et pompiers de Calgary, encourage aussi les parents à prendre quelques précautions de plus pendant la collecte des bonbons.

Lors d’une conférence de presse, mercredi, elle a fait écho aux recommandations de la province, qui incluent :

  • rester chez soi et ne pas distribuer de bonbons si on a des symptômes grippaux, même légers;
  • désinfecter les friandises que les enfants ont ramassées et surtout s’assurer que les enfants se désinfectent les mains avant d’en manger;
  • porter un masque lorsqu’on collecte des bonbons ainsi que lorsqu’on en distribue;
  • et crier trick or treat à deux mètres de la porte, plutôt que d’appuyer sur la sonnette.

La coalition encourage également les familles à respecter la distanciation physique avec les autres cohortes, y compris entre les enfants.

Les fantômes et les sorcières ont besoin d’être un peu éloignés pour pouvoir voler, les super héros ont besoin de prendre un peu de distance pour exercer leurs talents et les dinosaures ont besoin d’espace pour pouvoir bouger leur puissante queue, dit Sue Henry, la chef du département de gestion des urgences de Calgary.

Elle a aussi encouragé les Albertains à faire preuve de la même créativité que l’an dernier pour réduire les contacts lors de la distribution de bonbons.

Certains avaient par exemple accroché des sacs à surprises sur leur terrain pour que les enfants puissent les cueillir. D’autres ont inventé divers types de lance-pierres ou de dispositifs pour lancer les friandises aux jeunes sans s’en approcher.

Avec les informations d’Axel Tardieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !