•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Céline Galipeau reçoit le prix Guy-Mauffette pour son excellence journalistique

Céline Galipeau assise dans un théâtre.

Céline Galipeau, journaliste et cheffe d'antenne à Radio-Canada, reçoit le prix Guy-Mauffette, décerné par le gouvernement du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Céline Galipeau, journaliste et cheffe d'antenne à Radio-Canada, se voit décerner par le gouvernement du Québec le prix Guy-Mauffette pour sa contribution remarquable à l’excellence de la télévision québécoise.

Le prix Guy-Mauffette est la plus haute distinction remise à une personne du monde de la radio, de la télévision ou de la presse écrite, ou encore des médias numériques au Québec.

C’est un prix qui rejaillit aussi sur toute l’équipe du Téléjournal, a déclaré Céline Galipeau. Et de le recevoir à l’ère de la désinformation, c’est encore plus précieux : c’est un message d’appui dans la recherche de la vérité qu’on poursuit soir après soir.

Première femme cheffe d'antenne au bulletin de nouvelles de fin de soirée de la télévision de Radio-Canada, Céline Galipeau tient la barre du Téléjournal depuis 2009 et nourrit une passion sans faille pour son métier.

Née en 1957 à Longueuil d’un père journaliste et d’une mère infirmière d’origine vietnamienne, elle entame à Radio-Canada en 1984 une carrière de journaliste qui la mènera à Londres, Moscou, Paris et Pékin.

Correspondante pour les réseaux français et anglais de Radio-Canada, la reporter traite avec rigueur et doigté des situations les plus difficiles. Elle a couvert la guerre du Golfe, la guerre civile en Algérie, la guerre de Tchétchénie, celles du Kosovo et de l’Afghanistan.

Ses reportages sur la Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, en 1995, lui ont valu le prix de journalisme d’Amnistie internationale. En 2005, on lui décerne le prix Claire-L’Heureux-Dubé pour son travail sur l’égalité entre les hommes et les femmes.

Céline Galipeau, vêtue d'un veston bleu, regarde dans le vide, les larmes aux yeux.

En plus de ses études universitaires à Montréal, Céline Galipeau a fait des études sur le Moyen-Orient à l'Université de Bir Zeit, en Cisjordanie, ainsi qu'en littérature anglaise à l'Université d'Amman, en Jordanie.

Photo : Radio-Canada

En 2009, elle reçoit le titre d’officière de l’Ordre national du Québec. Le Women’s Executive Network et le Globe and Mail la désignent comme étant l’une des 100 femmes les plus influentes au Canada.

En 2013, elle devient officière de l’Ordre du Canada.

Son alma mater, l'Université McGill, lui a décerné en 2016 un doctorat ès lettres honoris causa.

« C’est essentiel, pour moi, de prendre le pouls d’une situation, de "sentir la poussière", comme on dit. Je reste une reporter dans l’âme. »

— Une citation de  Céline Galipeau, récipiendaire du prix Guy-Mauffette

Le prix Guy-Mauffette

Institué en 2011 pour le 50e anniversaire du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, le prix Guy-Mauffette a d’abord été remis à l'auteure, journaliste et animatrice Janette Bertrand.

Mohamed Lotfi, créateur de l’émission Souverains anonymes, le correspondant de Radio-Canada Raymond Saint-Pierre (Nouvelle fenêtre) et la chroniqueuse culturelle Francine Grimaldi figurent parmi les autres récipiendaires de cette distinction.

Homme de radio pendant plus de 40 ans, également présent à la télévision de Radio-Canada, Guy Mauffette a notamment marqué les mémoires avec l’émission-phare Le Cabaret du soir qui penche, à l’antenne de la radio de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !