•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sonia Côté donne la note A aux candidats Serge Simard et Claude Côté

Sonia Côté assise dans son bureau.

Sonia Côté

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

La coordonnatrice de Loge m'entraide, Sonia Côté, a distribué mercredi ses bulletins de campagne en matière de logement social aux candidats à la mairie de Saguenay.

Les deux seuls candidats qui méritent son soutien sont Serge Simard et Claude Côté, du parti Unissons Saguenay, parce qu'ils ont appuyé entre autres le projet de coopérative de logement La Solidarité dans le secteur de Jonquière. Ils ont obtenu la note A. Dans son communiqué, Sonia Côté dit défendre la cause des 3000 Saguenéens qui dépensent plus de 50 % de leur revenu pour se loger.

Catherine Morissette et Jacinthe Vaillancourt obtiennent la note D, alors que Julie Dufour a la mention Échec pour avoir notamment refusé de la rencontrer. Elle a pour seul engagement en habitation de donner un terrain public à des promoteurs privés pour faire des logements à but lucratif, soit le contraire du logement social, a indiqué Sonia Côté en référence au projet de construire 1000 logements sur la zone ferroviaire à Chicoutimi. Et à la suite de son absence de réponse à l'invitation qu'on a lui a envoyée il y a déjà huit mois et aussi son absence d'engagement pour le logement social, bien ça lui vaut un échec total.

Quant à la mairesse Josée Néron, Sonia Côté a décidé de l'ignorer, souhaitant son départ après quatre ans de calvaire, écrit-elle dans son communiqué.

Je dirais peut-être une phrase biblique : on ne peut pas servir deux maîtres à la fois, alors soit on prend pour le privé ou on prend pour la pauvreté et dans son cas je crois qu'elle est du camp des promoteurs privés, alors c'est certain que ça donne le résultat qu'on voit après quatre ans de pouvoir, a-t-elle mentionné.

Avant l'élection de Josée Néron à la tête de Saguenay, Sonia Côté avait également eu maille à partir avec l'ancien maire Jean Tremblay. Je pense qu'il faut que ça cesse ce silence qui est presque comme un calvaire pour tout le monde, avait-elle déclaré en 2016. Elle demandait alors 755 000 $ à Saguenay pour le projet La Solidarité. L'année d'avant, elle avait menacé de tenir une grève de la faim, dans un autre dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !