•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Visite du pape au Canada : les attentes sont nombreuses en Colombie-Britannique

Un homme, dont on ne voit que le torse, se recueille lors d'une cérémonie autochtone.

Au moins trois communautés autochtones ont découvert des sépultures non identifiées sur le site d’anciens pensionnats en Colombie-Britannique.

Photo : Laureen Carruthers

Radio-Canada

Des communautés autochtones de la Colombie-Britannique se réjouissent que le pape soit prêt à effectuer une visite au Canada dans le cadre d’un processus de guérison et de réconciliation notamment en lien avec le drame des pensionnats. Si des excuses officielles du souverain pontife sont attendues, l'Assemblée des Premières Nations de la province estime qu'elles ne suffiront pas.

Je pense que cette visite représente quelque chose d’assez important pour reconnaître tous les torts que l’Église a causés aux peuples autochtones, explique Terry Teegee, chef de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique.

Le chef autochtone espère que, dans le cadre de cette visite, le pape François écoutera les témoignages de survivants des pensionnats pour Autochtones.

Toutefois, bien que plus des excuses, Terry Teegee attend du Vatican des gestes forts. Il souhaite notamment que soit respectée l'indemnisation des victimes et que toutes les archives de l'Église et d’anciens pensionnats soient publiées en toute transparence.

« C’est très bien d’avoir des excuses. Mais nous avons aussi besoin de quelque chose de substantiel pour apporter des changements à l'avenir. »

— Une citation de  Terry Teegee, chef de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique
Une femme autochtone se recueille près de souliers d'enfants déposés sur des marches en ciment.

En mai dernier, la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc a fait la découverte de 215 tombes anonymes sur le site d'un ancien pensionnat pour Autochtone. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Réactions de l’Église

Guy Rivard, le curé de la paroisse St-Mary's, à Vancouver. se réjouit également de la visite possible du pape au Canada.

Cela s’est décidé plus vite que prévu. Une délégation de chefs autochtones doit se rendre à Rome en décembre et c’est à ce moment-là que devait être discutée la possibilité d’une visite du pape au Canada. La décision est déjà prise, bravo, j’en suis très enchanté, affirme-t-il.

Guy Rivard explique qu’il a fallu du temps pour que l’Église s’entende et soit convaincue du bien-fondé d’une visite du souverain pontife.

Aujourd’hui, il y a un consensus pour que le pape vienne présenter des excuses de l'Église catholique même si l’Église catholique universelle n’a rien à voir avec les péchés commis au Canada ces 100 dernières années.

Selon le curé, le pape François tient beaucoup à la réconciliation avec les peuples autochtones.

Il est allé au Chili demander pardon aux Autochtones pour tous les méfaits de l'Église à leur endroit. Il est tout à fait pour la vérité et la réconciliation, ajoute-t-il.

En Colombie-Britannique, ces derniers mois, au moins trois communautés autochtones ont découvert des sépultures non identifiées sur le site d’anciens pensionnats pour Autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !