•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mairie de Gatineau : les candidates reviennent sur les infrastructures et le logement

Des édifices vus d'une rivière.

Les deux meneuses de la course à la mairie, selon le récent sondage commandé par Radio-Canada, sont revenues sur leurs promesses en matière d'infrastructures et de logement (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Patry

Les candidates à la mairie de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette et France Bélisle, qui mènent dans les intentions de vote selon le récent sondage commandé par Radio-Canada, ont respectivement mis de l’avant leurs promesses en matière d’infrastructures et de logement, mercredi.

La cheffe d’Action Gatineau a souligné qu’elle promettait d’investir 190 millions de dollars sur 4 ans dans le réseau routier si elle était élue le 7 novembre prochain. Elle a indiqué qu’il s’agit du double de ce qui a été investi en la matière au cours des cinq dernières années.

On hérite, des dernières décennies, d’un parc d'infrastructures en mauvais état, il faut se le dire, et on a une responsabilité de les entretenir, a-t-elle déclaré en point de presse.

Debout devant un lutrin, la femme donne un discours.

La cheffe d'Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Elle a fait valoir que son maintien de la taxe de 1 % dédiée aux infrastructures permettait de faire des investissements majeurs de la sorte, décochant ainsi quelques flèches vers ses adversaires France Bélisle et Jean-François LeBlanc, sans les nommer.

France Bélisle estime que ce 1 % peut plutôt être pris en emprunt et Jean-François LeBlanc propose un gel de l’impôt municipal.

Je réitère qu’on ne peut pas dire aux gens qu’on va couper dans les revenus et faire plus de dépenses. Ça n'a pas de sens. Si les autres candidats veulent couper la taxe dédiée, il n’y a pas de problème, mais je les invite à dire où ils couperont, quels projets ils ne réaliseront pas, a ajouté Mme Marquis-Bissonnette.

Elle a aussi insisté sur son engagement de rendre tout projet d’infrastructure plus vert. Elle a donné en exemple la possibilité d’instaurer des toits verts sur des bâtiments et de considérer des stationnements en pavé alvéolé, une solution considérée comme plus écoresponsable que l’asphalte.

Les promesses de France Bélisle pour le logement

De son côté, la candidate indépendante France Bélisle a tenu un point de presse à l’aréna Cholette pour détailler ses engagements en matière d’accès au logement et d’offre en logement social.

L’ex-présidente et directrice générale de Tourisme Outaouais s’engage à présenter, dans les 12 premiers mois d’un éventuel mandat qui lui serait confié, un plan financier lié à la vente des terrains des vieux arénas, dont Guertin, pour un réinvestissement dans les infrastructures afin de dynamiser ces quadrilatères à haute valeur économique et sociale.

France Bélisle dans un studio de télévision.

La candidate à la mairie de Gatineau France Bélisle, de passage dans les studios de Radio-Canada le 22 octobre 2021.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Elle estime que certains de ces terrains, comme celui de l’aréna Cholette, ont des points positifs pour permettre la création de logements. Elle a noté que cet établissement est déjà situé à proximité d’une épicerie et d’un cégep.

Les terrains des arénas sont ancrés dans leur milieu et, à mon avis, il y a un lien tout à fait naturel pour les considérer pour du logement.

France Bélisle propose également de créer un nouveau poste au sein du service de l'urbanisme de la Ville de Gatineau qui serait entièrement dédié à la question du logement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !