•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2,3 millions pour les enclos de maternité des caribous de la Gaspésie

Un jeune caribou au pelage blanc et brun est recouvert partiellement de neige.

Les femelles enceintes seront mises en captivité afin de les protéger des prédateurs comme l'ours ou le coyote.

Photo : iStock

Le ministère de la Faune paiera un peu plus de deux millions de dollars pour construire des enclos visant à protéger les femelles gestantes de la harde de caribous de la Gaspésie.

Les appels d’offres ont été lancés au cours de l’été pour la construction de deux enclos, un dans le secteur des monts McGerrigle et l’autre dans le secteur du mont Albert.

C’est une entreprise de Maria qui a obtenu le contrat pour l’enclos du mont Albert. Le montant de ces travaux est de 1,2 million de dollars. C’est une entreprise de Beauceville qui construira celui des monts McGerrigle pour la somme de 1,1 million de dollars.

Le Ministère va ainsi de l’avant avec son projet d’enfermer les femelles en gestation pour les protéger des prédateurs. La mesure a déjà été mise de l’avant dans d’autres cheptels, comme celui de Val-D’Or en danger de disparaître.

Pour la Gaspésie, les femelles gestantes seront capturées dans leur milieu naturel et transportées dans les enclos pour la période couvrant la mise bas ainsi que les premiers mois de vie des faons, entre avril et septembre. Durant la période de reproduction, en automne, elles retourneront dans leur milieu naturel.

Cette stratégie permettra une protection accrue des femelles et des faons durant une période de plus grande vulnérabilité.

Au recensement de 2020, la harde de la Gaspésie ne comptait plus qu'une quarantaine de caribous.

Les animaux fréquentent trois secteurs soit celui des monts Albert, McGerrigle et Logan. Lors du dernier recensement, très peu de bêtes ont été vues sur le mont Logan.

Mesure extrême de conservation

Le professeur en écologie animale à l'Université du Québec à Rimouski, Martin-Hugues St-Laurent estime que la mise en enclos des caribous est une mesure extrême de conservation. D'après lui, c'est un respirateur artificiel pour répondre à la situation critique.

Le scientifique craint que la mise en enclos fasse écran à la préoccupation première de conserver les forêts matures qui sont des habitats favorables aux caribous, qui s'y cachent pour échapper à leurs prédateurs.

M. St-Laurent avance également que les forêts matures constituent le garde-manger des caribous. Le travail d'une étudiante au doctorat, Ève Rioux, a démontré l'influence du lichen que l'on ne trouve que dans les vieilles forêts, sur la productivité des femelles et la survie des jeunes espèces.

Durant l'hiver prochain

Les lieux où seront construits ces enclos sont déjà déterminés et des tracés ont été proposés selon certaines contraintes, notamment le type d’ancrage des clôtures qui doivent s’adapter aux terrains choisis.

Un caribou montagnard au Mont-Albert dans le parc de la Gaspésie

Selon le dernier recensement, il ne reste plus qu'une quarantaine de bêtes qui fréquentent le massif des Chic-Chocs.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Les équipes sur le chantier ont commencé à effectuer le déboisement des emprises pour les clôtures et les chemins d’accès vers les sites des enclos ont été aménagés.

En raison des contraintes logistiques et climatiques des secteurs ciblés, seule une portion des enclos sera construite. Québec assure qu’il sera malgré tout possible d’y garder les caribous en toute sécurité.

Le Ministère précise qu’il reste à planifier les infrastructures connexes qui permettront de donner des soins vétérinaires en cas de besoin, d’entreposer la nourriture, d’assurer la surveillance des installations ainsi que d’assurer les soins journaliers des caribous en enclos.

La capture des femelles doit se faire à l’hiver 2021-2022. Selon le Ministère, la présence d’un couvert neigeux réduira les risques de blessures et facilitera le repérage des bêtes.

Les travaux de construction de la totalité des enclos seront exécutés à l’été 2022.

Pour le Ministère, la mise en place de ces enclos demeure un projet majeur, qu’il qualifie d'avant-gardiste. C’est aussi un projet de transition pour Québec puisque l’objectif est de maintenir la population de caribous jusqu’à l’adoption d’une stratégie globale de protection.

Le Ministère précise que la réussite de l’opération demeure liée aux succès des captures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !