•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande pour les sapins de Noël naturels en hausse

Laurie Allain au travail

Laurie Allain est propriétaire du Jardin du Père Noël à Sainte-Marie, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Anthony Azard

Radio-Canada

La demande pour les arbres de Noël naturels est en croissance depuis quelques années au Nouveau-Brunswick. Les producteurs sont cependant moins nombreux. Il faudra donc s’attendre à payer un peu plus cher pour le roi de la forêt cette année.

Même si les enfants n’ont pas encore passé l’Halloween, plusieurs familles pensent déjà à la période des Fêtes. Au Jardin du père Noël, à Sainte-Marie-de-Kent, le téléphone sonne depuis le début du mois d’octobre.

C'est pas mal le même monde. J’ai eu des appels au début octobre, a précisé Laurie Allain, propriétaire de l’entreprise.

La plantation de sapins Au Jardin du Père Noël, à Sainte-Marie-de-Kent au Nouveau-Brunswick.

La plantation de sapins Au Jardin du Père Noël, à Sainte-Marie-de-Kent au Nouveau-Brunswick en 2018.

Photo : Radio-Canada

Chaque année, l’entrepreneur vend de 500 à 600 arbres de Noël. Les gens réservent leur arbre en octobre pour aller le couper et le décorer en décembre.

En pleine pandémie, l'année 2020 a été exceptionnelle pour les affaires du Jardin du père Noël. La saison risque d’être bonne encore cette année.

« J’ai beaucoup de nouveaux clients et de clients anglophones, c’est surprenant.  »

— Une citation de  Laurie Allain, propriétaire du Jardin du père Noël

En raison de la demande, les prix sont à la hausse. Laurie Allain a majoré le coût de ses arbres d'environ 25 %.

J’ai augmenté mes prix l’année dernière. Au lieu de vendre un arbre à 20 $, je le vends à 25 $, a-t-il indiqué.

Le prix d'un arbre reste cependant beaucoup moins dispendieux que dans les grands centres. Dans la région de Toronto, une famille peut débourser jusqu’à 130 $ pour un arbre qu’elle ira couper elle-même. Même à Moncton c’est un peu plus dispendieux à l’autocueillette. La facture est d’environ 50 $ selon la grandeur de l’arbre.

Beaucoup de facteurs influencent la production de sapins, dont la météo. S’il fait froid trop tard au printemps, ça peut ralentir la poussée de l’arbre et une pluie tardive à l’automne peut l’endommager.

De plus, un arbre prend une dizaine d'années à pousser. Il s’agit donc d’un investissement considérable pour les producteurs.

C’est un investissement de 10 à 12 ans. Ça prend de 10 à 12 ans à produire un arbre, dit M. Allain.

Au pays, plus de la moitié des producteurs d'arbres ont pris leur retraite au cours des 15 dernières années.

Il faudra donc, comme en 2020, réserver son arbre naturel tôt encore cette année, si on ne veut pas être pris de court.

Avec des informations de l'émission La matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !