•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forte hausse du nombre de véhicules récréatifs appartenant à des Madelinots

Des motorisés de camping et des quads sont stationnés près des dunes.

On dénombre près de 3200 roulottes, autocaravanes et VTT immatriculés aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

De plus en plus de Madelinots sont propriétaires de véhicules récréatifs (VR). Leur présence accrue préoccupe les instances municipales, compte tenu du territoire restreint et fragile des îles de la Madeleine.

Selon des données cumulées par la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine à partir des statistiques d'immatriculation de la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ), il y a actuellement 1294 roulottes appartenant à des Madelinots. Cela représente une hausse de 52 % par rapport à 2016.

La quantité de véhicules motorisés destinés au camping a aussi augmenté de façon remarquable. Le nombre de véhicules immatriculés aux Îles est passé de 168 en 2016 à 300 en 2021, soit un bond de 83 % en cinq ans.

Du côté des véhicules tout-terrain (VTT), la Municipalité évalue que 15 % des Madelinots en âge de conduire un VTT en possèdent un. En effet, 1603 véhicules étaient enregistrés à la SAAQ en 2020, alors que ce nombre était de 1095 en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 46 %.

Deux VTT sur une plage, devant la mer.

La circulation des véhicules motorisés est interdite sur les plages de l’archipel, du 1er mai au 15 septembre, sauf pour trois plages où les VTT peuvent circuler toute l'année (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Pour preuve, le Club de VTT des Îles note que le nombre de membres a doublé au cours des trois dernières années, passant de 350 à plus de 750 membres.

Selon le président du Club, Pierre Desjardins, cet essor s'explique par l'engouement généralisé pour les activités de pleine nature observé depuis le début de la pandémie, mais aussi par la baisse de popularité de la motoneige dans l'archipel.

Il y a beaucoup de membres qui sont passés de la motoneige au quad étant donné que les hivers sont plus courts et qu’on peut faire du VTT à longueur d'année, explique-t-il.

Pierre Desjardins photographié devant une butte de Cap-aux-Meules.

Le président du Club de VTT des Îles, Pierre Desjardins, constate l'engouement pour les véhicules tout-terrain dans l'archipel. «À chaque fois que le traversier arrive aux Îles, il y a un ou deux VTT neufs qui rentrent», dit-il.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une pression accrue sur le territoire

Si le directeur des projets du développement du territoire de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine se réjouit du fait que la hausse d'achat de VR démontre la vitalité économique madelinienne, Serge Bourgeois s'inquiète toutefois de la pression que ces véhicules mettent sur les milieux naturels.

Notre territoire est restreint et les terres publiques sont limitées et fragiles, parce qu’on parle de milieux dunaires, explique Serge Bourgeois. Quand les activités des VR se passent dans ces milieux-là, il y a une préoccupation environnementale.

« Il y a beaucoup de véhicules par rapport à la population et au territoire dont on dispose pour pratiquer ces activités. »

— Une citation de  Serge Bourgeois, directeur des projets du développement du territoire
Un sentier de VTT dans le sable des dunes avec une pancarte de signalisation à côté.

Sur certaines dunes des Îles, la circulation de véhicules motorisés est permise dans des sentiers balisés à cette fin et aménagés conformément à la loi. Ailleurs au Québec, elle est pourtant interdite sur les dunes du domaine de l’État (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Toujours selon M. Bourgeois, la question des activités récréatives devra faire l’objet de sérieuses discussions dans le cadre du processus de révision du schéma d'aménagement du territoire, actuellement en cours.

C’est la question, en termes d’occupation du territoire, qui va faire partie des discussions, souligne-t-il. Les besoins que ces gens-là ont, ce sont des besoins d’espace et de territoire pour camper et circuler en VTT. Où favorise-t-on ces activités? Comment les encadre-t-on?

Le directeur des projets du développement du territoire à la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine est d'avis que l'engouement lié à l'utilisation des différents types de VR crée plusieurs défis.

Ça entraîne des conflits d’usage, comme la circulation sur des terres privées dont les propriétaires n’ont pas donné l’autorisation : on en a de plus en plus de ça, indique M. Bourgeois. Il y a aussi la question des impacts environnementaux dans les milieux où la circulation se fait.

Un sentier avec une affiche « sentiers fermés ».

Certains sentiers de VTT doivent être fermés parce que la circulation crée trop de pression sur les habitats naturels (archives).

Photo : collaboration Attention Fragîles

Le président du Club de VTT des Îles se désole des comportements de certains conducteurs.

Il y a en qui se foutent de tout et qui ne respectent rien, soutient Pierre Desjardins. La plupart, ce ne sont pas des membres du Club. C'est un gros problème. C'est une minorité, mais ça fait mal paraître le Club; comme si c'était tout le monde qui était délinquant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !