•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vision du ministre François-Philippe Champagne pour la région

Justin Trudeau fait une accolade François-Philippe Champagne.

François-Philippe Champagne devient ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le député de Saint-Maurice-Champlain François-Philippe Champagne a été confirmé dans ses fonctions, mardi, à l’assermentation du Cabinet de Justin Trudeau, à Rideau Hall. Il demeure ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie et il entend placer la région au coeur de ses réflexions.

François-Philippe Champagne a eu l’occasion de rencontrer le premier ministre Justin Trudeau en personne avant l’assermentation, lundi. Il se trouvait en Alberta pour un forum et c’est à ce moment qu’il a pu s’entretenir avec lui et sceller son avenir.

Si vous voulez savoir, en coulisses, quand tu as la chance d’avoir l’oreille du premier ministre, tu en profites. Quand tu peux l’avoir à côté de toi et avoir la chance d’échanger, c’est un moment privilégié et on saute sur l’opportunité, a-t-il confié en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Il explique avoir eu une trentaine de minutes pour parler d’avenir, de création de richesses et de vision à adopter pour assurer la prospérité du Canada à la sortie de la pandémie.

Il y a encore beaucoup de choses à faire. On l’a fait avec la biofabrication, on l’a fait avec l’aérospatial, mais là, il y a quand même la filière de l’aluminium vert, de l’acier vert...Ce qu’on fait là, ça va être conséquent pour les 20 ou 30 prochaines années. Les décisions qu’on prend maintenant, ça va guider l’industrie.

L'expertise de la région pour un avenir prospère

Et dans cette nouvelle politique industrielle du Canada à mettre en place, le député régional estime que l’expertise de la Mauricie et du Centre-du-Québec sera mise en valeur.

C’est la vallée de l’énergie verte. Je considère qu’on a un avantage par rapport à d’autres régions qui sont assez uniques. Toute la grande région de Bécancour, Trois-Rivières, Shawinigan, d’abord, on a le talent. On est reconnu pour avoir le talent des gens dans ce domaine-là. Il cite entre autres l’entreprise Elmec du secteur Grand-Mère, à Shawinigan, spécialisée dans les bornes de recharge et la venue de Taiga, qui installera son usine de véhicules hors route électriques toujours à Shawinigan.

« Ça prend le talent pour attirer les investissements. On a l’expertise, toute l’électromécanique. Ça fait partie un peu de l’ADN des gens de chez nous. T’sais quand on pense à Kongsberg, Placeteco aussi, Synapse, Delastek, ça fait longtemps qu’on a ça. »

— Une citation de  François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

François-Philippe Champagne estime que les cartes sont jouées pour que Shawinigan retrouve de la vigueur. Il réitère son engagement indéfectible pour le nouveau centre fiscal, le Centre national de vérification et de recouvrement, qui doit voir le jour d’ici 2024.

Lorsqu’on l’aura construit, on va avoir pérennisé ça. C’est quand même le deuxième plus grand employeur dans la région après le CIUSSS. 2000 à 2500 emplois permanents, dans le centre le plus moderne, le plus vert, le plus technologique. Pour moi, ça, ça va être un grand pilier. C’est 100 millions de masse salariale par année, dans la région.

Une fois les élections municipales terminées, le ministre souhaite une concertation de toute la région. Avec cette vision-là de la relance économique verte, de la prospérité, de la création de richesses, [il faut] attirer les talents, miser sur l’expertise, miser aussi sur tout ce qu’on a comme avantages dans notre région.

Il indique que la base industrielle pour permettre la croissance est déjà en place dans la région, avec l’Institut de l’hydrogène, notamment, et le programme de métallurgie au Cégep de Trois-Rivières, et il a la confiance que l’avenir sera prospère.

On a tout ça. Alors, il s’agit de se faire une grande vision qui va nous amener plus loin pour toute la région. Moi, j’y crois parce que je pense qu’on a tout ce qu’il faut pour réussir, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !