•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kevin Cheveldayoff rencontrera la LNH lundi au sujet du scandale sexuel à Chicago

Le directeur général des Jets de Winnipeg, Kevin Cheveldayoff répond aux questions des journalistes à l'ouverture du camp d'entraînement en septembre 2017.

Le directeur général des Jets de Winnipeg, Kevin Cheveldayoff, était directeur général adjoint à Chicago en 2010.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

Radio-Canada

Le directeur général des Jets de Winnipeg, Kevin Cheveldayoff, sera interrogé lundi par le commissaire de la LNH, Gary Bettman, pour savoir s'il était au courant des allégations d'agression sexuelle portées contre un ancien entraîneur des Blackhawks de Chicago il y a plus de dix ans.

Le directeur des communications des Jets, Scott Brown, a confirmé la nouvelle à CBC, après qu'elle eut été originalement rapportée par TSN.

Mardi, la Ligue nationale de hockey a infligé une amende de 2 millions de dollars aux Blackhawks de Chicago.

C'est en rapport avec ce que la LNH décrit comme une réponse tardive de l'équipe aux allégations d'agression sexuelle qui auraient été commise par l'ancien entraîneur Bradley Aldrich contre un joueur lors des séries éliminatoires de 2010.

Les faits reprochés remontent à cette année-là, lors de la conquête de la Coupe Stanley par les Blackhawks. Bradley Aldrich était à l'époque spécialiste vidéo de l'équipe.

L'amende fait suite à la publication d'un rapport commandé par les Blackhawks de Chicago.

Un joueur des Blackhawks s'échauffe alors que le logo de l'équipe est projeté sur la glace.

Un ancien entraîneur-adjoint des Blackhawks, Bradley Aldrich, aurait agressé sexuellement 2 joueurs en 2010.

Photo : Getty Images / Jonathan Daniel

L'ex-procureur fédéral Reid Schar, qui a mené l'enquête au nom du cabinet d'avocats Jenner & Bock, a découvert que six responsables des Blackhawks de Chicago s'étaient rencontrés en mai 2010 pour discuter d'allégations concernant Bradley Aldrich.

Kevin Cheveldayoff, qui était à l'époque le directeur général adjoint de l'équipe de Chicago, était également présent à la réunion.

Toutefois, les responsables n'ont pris aucune mesure pendant trois semaines, le directeur des ressources humaines de l'équipe ayant alors offert à l'ancien entraîneur le choix de démissionner ou de faire l'objet d'une enquête.

Selon Reid Schar, les comptes rendus de ce qu'il s'est passé lors de cette réunion variaient.

Ce qui est sûr, c'est qu'après avoir été informée du harcèlement sexuel et de l'inconduite présumés de Brad Aldrich à l'encontre d'un joueur, l'équipe n' a pris aucune mesure pendant trois semaines, a déclaré l'ancien procureur fédéral mardi.

Reid Schar a ajouté que, bien que personne ne se souvienne si les personnes présentes à la réunion, à part le président du club, John McDonough, devaient prendre des mesures supplémentaires ou ont dit qu'elles le feraient, rien n'a été fait par les autres hauts dirigeants pour remédier à la situation.

Selon le rapport, un ancien stagiaire alléguait que Brad Aldrich lui avait fait des avances non sollicitées pendant ces trois semaines supplémentaires.

Le directeur général des Blackhawks de Chicago, Stan Bowman, qui était l'un des six responsables ayant participé à la rencontre, a démissionné mardi. Pour justifier sa décision, il a évoqué le fait qu'il ne veut pas être une distraction pour l'équipe.

Stan Bowman dans l'embarras.

Stan Bowman a démissionné de son poste de directeur général desBlackhawks de Chicago.

Photo : La Presse canadienne / Amr Alfiky

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a déclaré par voie de communiqué, mardi, qu'il avait l'intention de rencontrer Kevin Cheveldayoff pour discuter de son rôle par rapport à ces événements.

Je réserverai mon jugement sur les prochaines étapes, le cas échéant, a poursuivi M. Bettman.

Dans une déclaration des Jets de Winnipeg, Kevin Cheveldayoff a affirmé qu'il avait hâte de parler à Gary Bettman et qu'il coopérerait avec la Ligue nationale de hockey.

M. Cheveldayoff a affirmé qu'il avait dit tout ce qu'il savait sur cette affaire dans le cadre de l'enquête du cabinet Jenner & Block. Cela se retrouve dans le rapport d'enquête, a-t-il déclaré.

Elliotte Friedman, analyste à Hockey Night In Canada, note que Kevin Cheveldayoff devra également répondre à des questions sur l'écart entre une déclaration qu'il a faite cette année et ce que mentionne le rapport au sujet de la réaction tardive après les allégations visant Brad Aldrich.

En juillet, M. Cheveldayoff avait déclaré dans un communiqué qu'il n'avait aucune connaissance d'allégations concernant Bradley Aldrich jusqu'à ce qu'on lui demande s'il était au courant de quelque chose juste avant la fin de son contrat avec les Blackhawks de Chicago.

Jashvina Shah, coauteure de Game Misconduct: Hockey's Toxic Culture and How to Fix it, pense que Kevin Cheveldayoff devrait perdre son emploi.

Toutes les personnes impliquées devraient être licenciées. Je sais que Stan Bowman n'a pas été congédié, il a démissionné. Je ne pense pas que les gens devraient avoir cette possibilité, a déclaré Mme Shah, qui a été victime d'agression sexuelle.

Elle pense que Gary Bettman devrait également être congédié.

M. Bettman dit qu'il a également l'intention de rencontrer l'ancien entraîneur-chef des Blackhawks de Chicago, Joel Quenneville, actuel entraîneur-chef des Panthers de la Floride.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !