•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Infrastructures : les universités de la Nouvelle-Écosse ont besoin de plus de 1 G$

Un bâtiment du campus d'allure ancienne.

L’Université King's College à Halifax doit surmonter d'importants défis pour entretenir et améliorer ses infrastructures comme toutes les autres en Nouvelle-Écosse, selon l’Association des universités de l’Atlantique.

Photo : Université King's College

Radio-Canada

Les dix universités de la Nouvelle-Écosse estiment à plus de 1 milliard de dollars les coûts de l’entretien reporté de leurs infrastructures.

Les universités connaissent un déficit budgétaire total de plus de 600 millions de dollars en travaux différés, selon un document du gouvernement préparé pour le ministre de de l'Éducation postsecondaire, Brian Wong, et dont CBC a obtenu un exemplaire grâce à une demande d’accès à l’information.

Les universités ont reporté des travaux d’entretien afin d’équilibrer leur budget, et elles demandent l’appui du gouvernement provincial pour remplacer ou rénover des infrastructures, explique-t-on dans ce document.

Mais selon le directeur de l’Association des universités de l’Atlantique, Peter Halpin, le déficit budgétaire est plutôt de 1,3 milliard de dollars. Il précise qu’il s’agit de l’évaluation la plus récente du coût des projets nécessaires en matière d’énergie verte, d’accessibilité et d’infrastructures numériques.

En avant-plan, des étudiantes se dirigent vers un des édifices de l'Université Dalhousie.

L'Université Dalhousie, à Halifax.

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Guertin

Selon M. Halpin, les travaux d’entretien reportés et le remplacement d’infrastructures vieillissantes constituent le plus grave problème des universités et la priorité de l’organisme lorsqu’il demande l'appui des gouvernements provincial et fédéral.

Pour illustrer l’ampleur du problème, M. Halpin compare la situation à celle de propriétaires qui ne peuvent vivre sous un toit qui coule parce que l’infiltration d’eau finit par endommager toute la structure de la maison.

L’organisme demande depuis quelques années aux deux ordres de gouvernement d’investir dans les infrastructures de toutes les universités en Atlantique. Peter Halpin espère avoir l’appui des gouvernements provinciaux pour obtenir plus de financement du fédéral­.

Le ministre Brian Wong dit qu’il est au courant du problème et qu'il compte en discuter plus à fond avec les recteurs des universités après les travaux législatifs de l’automne.

Les progressistes-conservateurs de Tim Houston ont promis d’investir considérablement dans les soins de santé et le logement abordable, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’argent pour autre chose, selon le ministre Wong.

Les universités reçoivent chaque année du financement du gouvernement provincial, en vertu d’un protocole d’entente, ainsi que d’autres allocations.

Quant au financement des travaux d’entretien reportés, la Nouvelle-Écosse a versé aux universités 3,6 millions de dollars en 2018-2019 et 20 millions de dollars en 2019-2020, selon le document obtenu par CBC.

Des infrastructures universitaires avantageuses pour le public

Peter Halpin ajoute que l’ensemble de la population et les communautés utilisent des infrastructures universitaires, dont les installations sportives ou récréatives, les salles de réunion ou de spectacle, les bibliothèques et les galeries d’art.

L’âge des bâtiments de certains campus est un facteur important. M. Halpin indique que l’Université King's College à Halifax, l’une des plus petites et anciennes au Canada, doit surmonter des défis considérables pour entretenir ses infrastructures et les améliorer pour répondre aux attentes des étudiants.

Il en va de même pour toutes les autres universités de la province, conclut Peter Halpin.

D’après un reportage de Michael Gorman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !