•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Île de Vancouver : des pompiers ont pu monter à bord du porte-conteneurs Zim Kingston

Un bateau asperge d'eau les conteneurs enfumés du Zim Kingston, dont certains sont tombés à la mer.

Les équipes s'affairent à contenir l'incendie qui s’est déclaré samedi, en projetant des brumes d'eau, et procèdent à l'évaluation des dommages.

Photo : (Canadian Coast Guard/Twitter)

Radio-Canada

Grâce à une accalmie météo, une équipe de pompiers a finalement pu monter à bord du porte-conteneurs incendié au large de l’île de Vancouver lundi soir pour faire le point des dommages et décider des prochaines étapes.

Le Zim Kingston qui bat pavillon maltais a quitté Busan New Port en Corée du Sud le 3 octobre en direction de Vancouver où il devait arriver le 22 octobre. Le porte-conteneurs de 260 mètres a été construit en 2008.

Les vents violents qui ont balayé l’île de Vancouver au cours des derniers jours ont empêché les équipes spécialisées d'embarquer sur le navire Zim Kingston lundi matin. Prêtes à opérer, elles attendaient sur un bateau proche du porte-conteneurs, selon la Garde côtière canadienne (GCC).

Plus tard lundi, les garde-côtes leur ont finalement donné la permission pour que sept membres de l’équipage du Zim Kingston et une équipe de pompiers spécialisés y soient transférés, indique la compagnie propriétaire du navire, Danaos Shipping Co., dans une déclaration.

La préoccupation immédiate des autorités est la stabilisation du navire, a annoncé le commandant fédéral des interventions de la GCC, JJ Brickett, lors d'un point de presse mardi.

Deux navires propulsent de l'eau sur un porte-conteneurs.

Des navires tentent d'éteindre un incendie à bord du Zim Kingston qui est ancré à environ 8 km de Victoria.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Comme nous l'avons signalé, les flammes sont éteintes, les conteneurs sont encore fumants, et les équipes sont très proches. Elles savent lesquels sont chauds et elles vont vouloir jeter un coup d'œil à l'intérieur, a-t-il déclaré.

Un voyage qui se termine en catastrophe

Vendredi, 40 conteneurs d'expédition du Zim Kingston sont tombés à l'eau près de l'entrée du détroit Juan de Fuca par mauvais temps.

Samedi matin, la GCC a reçu un appel indiquant que deux conteneurs étaient en feu sur le navire marchand. Le soir, le feu s'était répandu et au moins 10 conteneurs brûlaient.

Si les flammes ne sont désormais plus visibles sur le navire, l'équipe de secours estime qu'il faudra plusieurs jours pour éteindre complètement l’incendie.

La fumée toxique se dissipe

Mardi, la GCC a identifié trois conteneurs toujours fumants sur le pont du navire. D’après une modélisation effectuée par Environnement Canada, la fumée toxique se disperse avant d’atteindre les côtes, explique la compagnie Danaos Shipping Co.

L'unité environnementale du commandement des interventions a également réaffirmé mardi qu'il n'y avait aucun risque pour la santé publique quant à la qualité de l’air. Les relevés de surveillance effectués à 32 sites différents, aux abords de la capitale et sur des navires, ont révélé des taux de contamination inférieurs aux limites de détection.

Le navire transporte plus de 52 000 kg de xanthates, dont l'amylxanthate de potassium. Ce produit se trouve dans deux des conteneurs, dit la GCC. Il s'agit d'une substance spontanément combustible, d’après le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail.

Trois conteneurs collés ensemble flottant à la surface d'une mer agitée.

Des conteneurs du navire Zim Kingston flottant au large de Port Angeles, dans l'État de Washington. Ils ont été photographiés depuis un hélicoptère le 22 octobre 2021.

Photo : Garde côtière des États-Unis

Conteneurs à la dérive

Les 40 conteneurs tombés du navire vendredi dérivent toujours. Parmi eux, au moins deux contiennent des substances potentiellement chimiques. Dans les prochains jours, l'unité environnementale évaluera le risque toxicologique posé par ces contaminants.

Les conteneurs ont été aperçus la dernière fois au large du cap Scott, la pointe nord de l'île de Vancouver. La GCC a repris leurs vols de surveillance et largué plusieurs bouées-balise pour suivre leur progression.

Elle invite quiconque rencontre l’un des conteneurs échoués à le signaler au 1-800-889-8852.

Une enquête qui s’étalera sur la durée

Des enquêteurs de Transports Canada ont survolé le navire mardi. Elles devraient embarquer demain pour débuter leur enquête sur l’origine de l'incendie. Pour Vincent Prager, avocat spécialisé en droit maritime, il leur faudra du temps pour tirer des conclusions.

Transport Canada va avoir des inspecteurs qui vont monter à bord, le propriétaire du navire aussi, le propriétaire des cargaisons va avoir des inspecteurs qui vont monter à bord, dit-il. Tout le monde va avoir des inspecteurs qui vont monter à bord. Et il est possible que leur conclusion diffère.

Avec des informations de François Macone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !