•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une partie de North Vancouver bientôt chauffée avec l’énergie des bitcoins

D'imposantes montagnes enneigées avec un lever de soleil et une ville avec des gratte-ciel devant une étendue d'eau.

Le minage de bitcoins produit beaucoup d'énergie, que des entreprises s'affairent à réutiliser.

Photo : Shutterstock

Comment rendre les bitcoins plus verts? Une compagnie britanno-colombienne réutilisera l’énergie produite par le minage de cryptomonnaie pour chauffer des édifices de la municipalité de North Vancouver; une initiative qu'elle qualifie de première mondiale.

Très énergivore, le minage de bitcoins fait l’objet de critiques d’environnementalistes. Ce processus, nécessaire pour sécuriser les transactions des bitcoins, demande des ordinateurs et des serveurs puissants. Mais hors du cyberespace, il se traduit par une quantité énorme de chaleur créée.

Pour redorer le blason de la cryptomonnaie, la compagnie MintGreen s’est donné comme mission de réutiliser cette chaleur là où elle serait utile : dans les foyers des Canadiens.

L'entreprise a récemment signé un contrat de 12 ans avec Lonsdale Energy Corporation (LEC), une compagnie appartenant à la ville de North Vancouver, qui lui fournit de l’eau chaude et du chauffage.

D’ici la fin 2022, une centaine de bâtiments, incluant des édifices commerciaux et des appartements, devraient ainsi être alimentés grâce à l’énergie des bitcoins dans la municipalité, estime Colin Sullivan, le directeur général de l'entreprise. 

« C’est très facile de réutiliser cette énergie pour chauffer... par exemple, une chambre. Mais, à cette échelle municipale, cela n’a jamais été fait nulle part  »

— Une citation de  Colin Sullivan, directeur général, MintGreen

On est très excité de faire cela pour la première fois, qui plus est, dans notre propre cour arrière, ici, commente-t-il.

Les ordinateurs spécialisés dans le minage de bitcoins sur une étagère.

Les ordinateurs spécialisés dans le minage de bitcoins génèrent de grandes quantités de chaleur. (archives)

Photo : Radio-Canada / Lizaville Sale

Un double avantage environnemental

La Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (Nouvelle fenêtre) estime que la consommation d’énergie annuelle du réseau de bitcoins est d’environ 112 TWh. C’est l’équivalent de la consommation d'électricité des Pays-Bas.

Cette initiative de MintGreen permettra non seulement de réutiliser les pertes de chaleur du minage de bitcoins, mais elle fournira également de l’énergie plus verte à la municipalité, souligne Colin Sullivan.

Lonsdale Energy Corporation (LEC) utilise principalement du gaz naturel pour alimenter les bâtiments en chauffage; une énergie fossile qu’elle souhaite remplacer par des ressources renouvelables.

Ce partenariat avec Mintgreen permettra de renforcer le voyage de LEC dans le soutien des cibles ambitieuses de réduction de gaz à effet de serre de la ville, indique Karsten Veng, directrice générale de LEC, dans un communiqué de presse.

Un potentiel sous-exploité

L’entreprise a choisi de cibler l’alimentation des foyers pour réutiliser son énergie, car la demande y est consistante et les pertes moindres. Colin Sullivan estime que 96 % de l’énergie produite par le minage de bitcoins sera utilisée, même s’il souhaite voir ce pourcentage être encore plus élevé.

On veut s’assurer de l’utilisation complète de notre énergie. Les journées les plus chaudes de l’année, la demande sera plus faible, mais les foyers auront tout de même besoin d'eau chaude pour faire fonctionner leurs lave-vaisselle, lave-linge, et prendre leurs bains, dit-il.

Mais le potentiel de réutilisation de cette énergie est énorme selon lui, et les occasions, sans limites. J’ai entendu des choses, comme des gens qui veulent utiliser cette énergie pour chauffer leur piscine, leurs fermes, ou même... faire de la viande séchée, énumère-t-il.

MintGreen travaille également sur un partenariat avec la distillerie artisanale Shelter Point Distillery sur l’île de Vancouver, dans le cadre duquel elle alimentera une partie de ses opérations grâce à l’énergie des bitcoins. Il y a beaucoup de gens excités par le concept de bitcoin whiskey, indique-t-il.

Il y a tellement de gens qui travaillent dans le domaine, qui veulent changer cette narrative de perte d’énergie, et l’utiliser pour des choses utiles.

Les bitcoins ne vont aller nulle part

Si les bitcoins sont énergivores, Colin Sullivan considère comme réductrice la vision selon laquelle ils sont problématiques pour l’environnement.

Dans le passé, on aurait pu dire la même chose pour Internet, que cela consomme trop d’énergie, dit-il. Mais au final, on a créé un système très efficace. Par exemple, si on prend en compte l’impression des journaux, Internet n’a pas été créé pour sauver des arbres, et pourtant, c’est le cas.

« Les bitcoins ne vont aller nulle part. À ce point-ci, c’est une industrie qui vaut un trillion de dollars. Elle ne disparaîtra pas d’un jour à l’autre. Alors, ce qu’il reste à faire, c’est la rendre encore meilleure et plus verte.  »

— Une citation de  Colin Sullivan, directeur général, MintGreen

LEC n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !