•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « deuxième » rentrée scolaire pour de nombreux élèves des T.N.-O.

Le panneau de l'école Allain St-Cyr.

L’École Allain St-Cyr, de Yellowknife, a rouvert ses portes aux élèves après six semaines de fermeture à cause de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

À Yellowknife, comme dans d’autres collectivités ténoises, les élèves ont retrouvé le chemin de l’école pour la deuxième fois en six semaines alors que la situation liée à la COVID-19 se stabilise au territoire.

L’école francophone Allain St-Cyr fait partie de celles qui ont été fermées presque un mois et demi et dont les élèves ont retrouvé leur salle de classe.

C’est un changement qui ravit Sylvie Larose, la directrice de l'établissement, pour qui une école sans enfants est dénaturée .

On a vécu, on pourrait dire, comme une deuxième rentrée [...] on l’a vécue comme une vraie célébration.

Mme Larose confirme que tous les élèves ont fait leur retour en classe et avoue qu’ils ont vécu des moments d’euphorie en revoyant leurs camarades, qu’ils n’avaient pas revus dans les murs de l’école depuis le 13 septembre. Elle note néanmoins qu’un temps de réadaptation sera nécessaire.

« On dirait qu’on a repris le 14 septembre, comme on avait laissé le 13 septembre. »

— Une citation de  Sylvie Larose, directrice de l’École Allain St-Cyr

À l’école, les protocoles sanitaires sont encore en place. Outre le port du masque obligatoire pour les élèves et l’équipe encadrante, le système des bulles est toujours en place pour éviter que les niveaux ne se mélangent. Le nettoyage des surfaces se poursuit également, et les bureaux sont disposés de telle sorte que la distanciation est respectée.

Par ailleurs, la pratique du sport reste très limitée, puisque les sports de contact sont exclus et que les classes ne peuvent pas être mélangées. On favorise encore aller à l’extérieur [...] Donc, c’est très minimaliste, dit Mme Larose.

Dépistage à domicile

Et puis, il y a une nouvelle mesure : le projet de dépistage de la COVID-19 à domicile pour les élèves. Annoncé le 18 octobre par le gouvernement, il a pour but d’aider à prévenir la transmission dans les écoles.

S’il concernait au début les élèves de 5 à 12 ans, il a été étendu, mardi, aux élèves de prématernelle, y compris ceux de 4 ans, après que des parents eurent affirmé qu’ils ne voulaient pas que ces derniers soient exclus du programme.

À l'École Allain-St-Cyr, plus de 26 enfants, sur les 106 qui ont la possibilité de l'être, se font dépister, selon Mme Larose. Une bonne portion, supérieure à l'échantillon minimal de 10 % recommandé par le gouvernement et des 20 % demandés par le Conseil scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest.

J’aime bien le système, c’est clair, c’est convivial, c’est facile, dit Mme Larose tout en reconnaissant que le programme ayant été implanté récemment, soit le 25 octobre, il est difficile d’en tirer des conclusions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !