•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford « comprend » les parents qui hésitent à faire vacciner leurs enfants

Doug Ford observe une infirmière qui s'apprête à administrer un vaccin contre la COVID-19 à Toronto.

Doug Ford observe une infirmière qui s'apprête à administrer un vaccin contre la COVID-19 à Toronto. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, dit qu'il comprend les parents qui hésitent à faire vacciner leurs enfants de cinq ou six ans contre la COVID-19 une fois que les vaccins seront approuvés pour les 5 à 11 ans.

Santé Canada examine actuellement les données de Pfizer-BioNtech, qui a soumis une demande d'approbation pour sa formule ce mois-ci.

Doug Ford a déclaré mardi en marge d’une annonce qu'il souhaitait que tout le monde se fasse vacciner, y compris les enfants admissibles.

Mais, il a affirmé comprendre les parents qui ne veulent pas que leurs enfants se fassent vacciner.

« Je veux laisser [la décision] aux parents quand il s'agit d'enfants de cinq à 11 ans [...] Voulons-nous les faire vacciner ? Oui, mais il y a des parents qui se font vacciner et qui hésitent un peu pour (leurs enfants) âgés de cinq ou six ans. Je comprends. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Les données de Pfizer sur les enfants entre 5 et 11 ans ont montré une réponse immunitaire fiable et forte à partir de deux doses, qui représentent un tiers de la portion donnée aux adolescents et aux adultes.

Un récent sondage d'Angus Reid a montré que 51 % des parents prévoient vacciner immédiatement leurs enfants lorsqu'une dose sera disponible, tandis que 23 % ont déclaré qu'ils ne leur en donneraient jamais. Enfin, 18 % ont indiqué qu'ils attendraient.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !