•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat à Rouyn-Noranda : Diane Dallaire et Jean-Marc Belzile dominent les échanges

Philippe Marquis, Diane Dallaire, Annie-Claude Luneau, Vuyani Gxoyiya et Jean-Marc Belzile sur scène.

Les quatre candidats ont débattu pour une dernière fois avant l'élection.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Les quatre candidats à la mairie de Rouyn-Noranda se sont affrontés dans un débat organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, en collaboration avec ICI Abitibi-Témiscamingue, mardi soir. Une lutte à trois se dessine entre Philippe Marquis, Jean-Marc Belzile et Diane Dallaire. Ces deux derniers ont d’ailleurs dominé les échanges.

Les questions portaient sur quatre thèmes, soit l'environnement, les enjeux de société, les infrastructures et le développement économique.

Jean-Marc Belzile et Diane Dallaire se sont adressé des questions à de multiples reprises lors des périodes de débat, ce qui a parfois mené à des échanges houleux.

La mairesse sortante a défendu le bilan de son mandat, comme lorsqu’elle a mentionné que le conseil a fait une sortie publique déplorant le manque de financement du gouvernement pour les infrastructures routières.

Il fallait être transparent. Vous parlez beaucoup de transparence [M. Belzile], mais le citoyen n’était pas au courant de ça. Il fallait le dire aux citoyens. Et c’est pour ça que je dis que l’on poursuit après la campagne électorale, a-t-elle affirmé.

Et vous êtes souvent transparente juste avant la campagne, a répliqué Jean-Marc Belzile.

Philippe Marquis, Diane Dallaire, Annie-Claude Luneau, Vuyani Gxoyiya et Jean-Marc Belzile sur scène.

Le débat était organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda en collaboration avec ICI Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Diane Dallaire a défendu ses accomplissements en tant que mairesse, en misant sur son expérience.

C'est sûr, vous n'avez jamais siégé au conseil, vous ne pouvez pas comprendre certaines choses, a-t-elle dit à M. Belzile, au sujet du projet de construction de logements abordables. C'est sûr et certain, quand on arrive avec un projet de construction, on l'a dit, on veut dérouler le tapis rouge auprès des entrepreneurs.

De son côté, Philippe Marquis a mis l'accent sur l'importance de consulter l'ensemble de la communauté, comme en établissant une commission avec des élus des quartiers ruraux.

Je pense que c'est une grosse partie de la nouvelle économie que l'on pourrait mettre en place, notamment au niveau de l'agriculture, mais ce sont eux qui doivent nous dire où aller. Et puis le conseil doit être à l'écoute. Parce que là, présentement, à Rouyn-Noranda, il y a sept conseillers qui sont urbains et cinq qui sont ruraux à cause de la nouvelle division. Donc il y a une iniquité, a souligné le candidat.

L’environnement

Tous les candidats ont affirmé leur volonté d’agir en ce qui concerne l’urgence climatique.

Jean-Marc Belzile a défendu son objectif de réduire de 40 % les GES au cours de son mandat, s’il est élu. Il a aussi demandé à Diane Dallaire quelles actions elle prévoit mettre en place pour faire de Rouyn-Noranda une ville novatrice en matière de lutte aux changements climatiques.

J'adhère à ça, que l'on soit des leaders justement en environnement. Par contre, la question que j'ai pour vous : comment comptez-vous y arriver? Parce que je n'entends rien de concret pour dire que vous allez réussir et que nous allons réussir à être des leaders. Et pourquoi vous ne l'avez pas fait au cours des quatre dernières années que vous aviez pour le faire? a-t-il demandé.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Diane Dallaire a souligné que son administration a mis en place des actions en ce sens, mentionnant les véhicules électriques acquis par la municipalité et la création d’un comité environnement.

C’est vraiment un travail en continu et on a de grandes aspirations au niveau de l’environnement à la Ville de Rouyn-Noranda. Et je salue vraiment le travail qui est fait à ce moment-ci, fait-elle valoir.

Vuyani Gxoyiya a insisté sur la promotion du transport actif et a affirmé qu’il voulait comme maire, sortir tous les bateaux du lac Rouyn afin d’assurer la santé des lacs.

Les enjeux sociaux

Les quatre candidats ont reconnu que l’accès à des logements locatifs et abordables représentait un défi important pour le prochain mandat.

Philippe Marquis a qualifié cet enjeu de fondamental. Voilà ce que je propose : un allègement réglementaire et un meilleur dialogue entre la Ville et les entrepreneurs. Ensuite, en ce qui concerne le logement social : trouver des terrains, les garder, bonifier le fonds de développement du logement social. Et enfin exiger du gouvernement du Québec qu’il augmente le nombre d’unités octroyées par ces programmes, suggère-t-il.

Parmi les actions proposées par les autres candidats, Diane Dallaire souhaite instaurer un règlement pour permettre la construction de logements d’appoint sur l’ensemble du territoire de Rouyn-Noranda et Jean-Marc Belzile veut mettre en place un congé de taxes de cinq ans pour la construction de logements.

Le développement économique et la vitalité des différents quartiers

La mise en valeur des divers quartiers et des institutions artistiques faisait aussi partie des projets des candidats.

Vuyani Gxoyiya a promis la construction d’une piscine publique près du lac Osisko s’il est élu.

Ça va être une de mes grandes réalisations, ce n'est pas un mensonge. Pour moi, ça va être vrai, a-t-il assuré.

Il s’agissait du dernier débat entre les candidats à la mairie de Rouyn-Noranda. Le prochain débat pour les élections municipales aura lieu à Val-d’Or jeudi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !