•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diversité progresse à la télévision américaine, mais pas pour la population latina

America Ferrera affiche un large sourire.

L'actrice America Ferrera est l'une des rares têtes d'affiche latina à Hollywood pour ses rôles dans les séries «Ugly Betty» et «Superstore».

Photo : Getty Images / Gareth Cattermole

Agence France-Presse

Les séries télévisées mettant en scène la diversité ethnique ou culturelle ont progressé en termes d'audience durant la pandémie aux États-Unis, mais les personnes d’origine latino-américaine restent sous-représentées et les actrices et acteurs transgenres sont « quasiment absents », selon une étude publiée mardi.

Le Hollywood Diversity Report réalisé par l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) observe une corrélation entre les scores d'audience enregistrés l'an dernier et la diversité de la distribution et des scénaristes, particulièrement chez les ménages eux-mêmes issus de minorités.

C'est pour les séries considérées comme relativement diverses (de 31 à 40 % de minorités) que les scores d'audience sont les plus élevés chez les ménages blancs. Dans les foyers se définissant comme noirs, l'audience est en revanche à son maximum lorsque plus de la moitié de la distribution appartient à des minorités.

Un appétit pour des représentations authentiques

Le fait que les séries avec une équipe d'autrices et auteurs issus de minorités aient bien marché l'an dernier illustre aussi le fait que l’auditoire souhaite une représentation authentique, estime Darnell Hunt, co-auteur de l'étude et chercheur à UCLA.

Les personnes non blanches ont fait de modestes progrès dans presque tous les secteurs de l'industrie télévisuelle, mais la représentation des personnes latino-américaines, déjà très faible, ne s'est pas améliorée.

Ces dernières constituaient seulement 3,9 % des rôles principaux sur les chaînes câblées américaines, alors que 18,5 % de la population des États-Unis s'identifie comme latino-américaine.

L'étude de UCLA a de plus peiné à trouver des personnes transgenres représentées à Hollywood. Les personnes trans et non binaires sont quasiment absentes de toutes les plateformes, selon l'étude.

À la suite de la polémique créée par les propos de l’humoriste Dave Chappelle, des militants et militantes ont demandé à Netflix d'investir davantage dans le développement de programmes par des créateurs et créatrices transgenres et à engager plus de personnel LGBTQ à des postes de direction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !