•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pendant que les élus se préparent, le taux de participation fait réfléchir au Nunavut

L'intérieur de la Chambre de l'Assemblée législative.

La prochaine législature du Nunavut comptera 10 nouveaux visages, dont 5 femmes.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Au lendemain d’élections territoriales qui ont vu la moitié des sièges de l’Assemblée législative du Nunavut changer de mains, le faible taux de participation des Nunavummiut suscite de vives réactions.

C’est un choc, s’exclame d’entrée de jeu l’ancienne ministre Elisapee Sheutiapik en voyant les résultats préliminaires selon lesquels moins de la moitié des quelque 14 000 électeurs appelés aux urnes lors de ces 6e élections générales s’y sont rendus.

De son côté, l’ancien député Ed Picco se demande si la faible participation est liée à la COVID-19.

Elisapee Sheutiapik

L'ancienne ministre des Services à la famille du Nunavut, Elisapee Sheutiapik, a été choquée par le faible taux de participation.

Photo : CBC / Beth Brown

Lorsque ce dernier s’est présenté comme candidat lors des premières élections territoriales, en 1999, le taux de participation avait atteint près de 90 %.

À l’époque, tout était à bâtir et le territoire ne faisait pas encore face aux difficultés que représentent aujourd’hui les crises de l’eau et du logement.

Selon les deux anciens membres de l’Assemblée législative, le faible engouement des électeurs pour les questions politiques sera un défi pour le nouveau gouvernement.

Six femmes à l’assemblée, dont cinq nouvelles

Les résultats préliminaires laissent entrevoir l’arrivée de 11 nouveaux députés à l’Assemblée législative, dont 5 femmes.

Quatre d’entre elles ont une avance suffisante pour être considérées comme élues :

  • Janet Pitsiulaaq Brewster - Iqaluit-Sinaa

  • Karen Nutarak - Tununiq

  • Mary Killiktee - Uqqummiut

  • Joanna Quassa - Aggu

Dans Cambridge Bay, la victoire de la candidate Pamela Hakongak Gross sur la députée sortante et ancienne ministre aux Services communautaires et gouvernementaux, Jeannie Hakongak Ehaloak, n’est pas encore scellée, puisque son avance de 9 voix entraîne un recomptage automatique.

La sixième femme à l’assemblée sera la députée Margaret Nakashuk, réélue sans opposition dans Pangnirtung.

Janet Brewster, près d'une rivière.

La mairesse adjointe d'Iqaluit, Janet Brewster, a remporté la circonscription d'Iqaluit-Sinaa.

Photo : Élections Nunavut

C’est la mairesse adjointe d’Iqaluit, Janet Brewster, qui a remporté le comté d’Iqaluit-Sinaa. Selon elle, son rôle dans l’administration municipale lui a permis de se faire connaître. Ça m’a donné l’occasion de montrer ce que je sais faire, note-t-elle.

Elle souhaite maintenant obtenir la confiance de ses collègues et devenir ministre.

Une des femmes écartées de la députation est Cathy Towtongie, qui a perdu la circonscription de Rankin Inlet Nord-Chesterfield Inlet aux mains d’Alexander Sammurtok.

Bien qu’elle aurait aimé voir plus de femmes accéder à l’Assemblée législative, elle tient à féliciter celles qui ont été élues.

L'ancienne députée territoriale de Rankin Inlet Nord-Chesterfield Inlet, au Nunavut, Cathy Towtongie, dans son bureau à l'époque.

Avant de se lancer en politique territoriale, Cathy Towtongie était à la présidente du Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI). (8 décembre 2014)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Devant sa défaite, elle se montre philosophe. Habituellement, quand je perds une élection, je ris, s’exclame-t-elle. Je retrouve ma vie!

Je suis déçue d’avoir perdu, mais j’en suis la grande responsable, explique-t-elle. Je n’ai pas fait de porte à porte ni fait passer mon message.

Elle espère toutefois que les nouveaux élus s’attaquent à ce qu’elle considère comme les deux crises du Nunavut : le manque de logement abordable et l’épidémie de suicide. Elle demande notamment au gouvernement d’offrir plus de soutien en santé mentale aux enfants comme aux adultes.

Des circonscriptions à faible participation

Parmi celles qui rêvent de voir plus de femmes en politique territoriale, la nouvelle élue Janet Pitsiulaaq Brewster a passé sa campagne à encourager les électeurs à voter pour des femmes. Le jour des élections, elle a offert du transport à ceux qui en avaient besoin.

Malgré tout, sa circonscription a eu le plus faible taux de participation de la journée, recueillant les bulletins de moins de 30 % des 902 électeurs inscrits.

Les comtés d’Aggu (34,87 %) et de Rankin Inlet North-Chesterfield Inlet (38,49 %) ont tous deux attiré moins de 40 % de leurs électeurs, alors que ceux de Baker Lake (43,36 %), Gjoa Haven (49,45 %), Iqaluit-Manirajak (43,68 %), Iqaluit-Tasiluk (48,87 %) et Uqqummiut (46,59 %) n’ont pas franchi la barre des 50 % de participation, selon les résultats préliminaires.

De sa demeure d’Arviat, le premier ministre sortant et député réélu sans opposition dans Arviat Sud, Joe Savikataaq, s’est fait un devoir d’appeler tous les élus.

Joe Savikataaq devant une vue d'Iqaluit.

Joe Savikataaq a été élu sans opposition dans la circonscription d’Arviat-Sud. Il espère briguer un second mandat comme premier ministre

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Celui qui souhaite être choisi par ses pairs pour diriger le territoire de nouveau s’est dit déçu de la triste tendance que représente le faible taux de participation. Il ajoute être peu surpris de voir la moitié des sièges être occupés par des nouveaux venus.

L’appel du conseil des ministres

Chez les autres élus, plusieurs se sont dits honorés d’avoir été choisis par leurs électeurs. George Hickes, qui se voit confier un troisième mandat par les citoyens d’Iqaluit-Tasiluk, attribue sa victoire aux contacts personnels qu’il a eus durant la campagne.

Je n’ai pas de réseaux sociaux. J’ai frappé à 600 portes deux fois [pour] rencontrer les gens face à face, explique-t-il. Se considérant comme un vétéran, il espère siéger de nouveau au conseil des ministres.

Adam Arreak Lightstone à l'Assemblée législative du Nunavut.

Le député territorial d'Iqaluit-Manirajak, Adam Arreak Lightstone, a obtenu un deuxième mandat.

Photo : CBC / Nick Murray

Son voisin d’Iqaluit-Manirajak, Adam Lightstone, se voit confier un deuxième mandat. Tout en avouant qu’il aimerait avoir plus de responsabilités, il dit avoir peur des contraintes qui accompagnent un ministère.

Durant mon premier mandat, j’ai parlé de nombreux enjeux… je crois que ce serait plus difficile de le faire si j’étais enchaîné à un ministère particulier.

Le député veut également profiter des prochaines années pour réapprendre l’inuktitut.

Les nouveaux députés se rencontreront pour une séance d’orientation le 8 novembre. Le 17, le Forum du leadership du Nunavut se réunira pour choisir un président d’assemblée et un premier ministre pour cette législature.

Avec des informations de Matisse Harvey, Mario De Ciccio, Jane George et Nick Murray

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !