•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Échanges animés de candidats à la mairie de Gatineau sur l’impôt municipal

Trois candidats à la mairie de Gatineau et un animateur de radio autour d'une table.

Les trois candidats qui mènent dans les intentions de vote, selon le sondage CROP commandé par Radio-Canada, ont été invités au débat de mardi organisé par le 104,7.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Maude Marquis-Bissonnette, France Bélisle et Jean-François LeBlanc ont eu des échanges corsés sur les questions de taxation, mardi, au cours d’un débat électoral organisé par le 104,7 réunissant ces trois candidats à la mairie de Gatineau.

France Bélisle a décoché l’une des flèches vers Jean-François LeBlanc en qualifiant d’irresponsable sa promesse de gel de l'impôt municipal. Ce que les citoyens demandent, ce sont des taxes raisonnables et des services de qualité, a lancé celle qui propose une hausse de l'imposition municipale de 1,9 % dans une première année, suivie d’une hausse plafonnée au niveau de l’inflation.

Le gel de taxes est effectivement irresponsable quand on n’a qu’une seule façon de penser, soit d'augmenter les taxes ou de baisser les services. Quand on pense autrement et qu’on veut agir autrement, ce n’est pas irresponsable, a répliqué le conseiller sortant du district du Lac-Beauchamp.

Jean-François LeBlanc promet de financer un gel de l'impôt municipal au moyen de l’aide financière versée par Québec en raison de la pandémie de COVID-19 ainsi qu’en diversifiant les revenus de la Ville. Il estime pouvoir aller chercher 10 millions de dollars par année en nouveaux revenus.

Jean-François LeBlanc, photographié dans les studios d'une station de radio.

Jean-François LeBlanc, candidat indépendant à la mairie de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Mais la cheffe d’Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, a fait valoir qu’il n’est pas possible qu’une telle promesse se réalise sans une réduction des services aux citoyens.

Je veux savoir où il coupe, a-t-elle insisté. Celle qui propose, pour sa part, une hausse de 2,9 % de l'impôt municipal, a affirmé que l’engagement de M. LeBlanc signifierait que la Ville se retrouverait avec un manque à gagner d’environ 12 millions $ par année.

M. LeBlanc s’est dit d’accord avec ce calcul, mais a soutenu que les nouveaux revenus qu’il entend créer compenseraient ces sommes.

Ça prend du temps avant que les revenus entrent pour la Ville. et on sait qu’il y a un coût au développement. Ce n’est pas à l’année un qu’on commence à ramasser de l’argent, croit Mme Marquis-Bissonnette.

Cette dernière, qui mène la course électorale selon le sondage CROP mené pour le compte de Radio-Canada, a par ailleurs attaqué France Bélisle, une fois de plus, sur le fait qu’elle n’a pas publié de cadre financier.

Je pense que c’est incontournable quand on aspire à la mairie, comme cela se fait à tous les ordres de gouvernement [...], d’avoir un cadre financier. Dans le cas de Mme Bélisle, c’est pas mal flou et c’est donc difficile de débattre de [ses] propositions, a-t-elle fait valoir.

Moi, je préfère la rigueur à la magie, a-t-elle aussi lancé.

Maude Marquis-Bissonnette, photographiée dans les studios d'une station de radio.

Maude Marquis-Bissonnette, candidate à la mairie de Gatineau et cheffe d'Action Gatineau

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Mme Bélisle s’est défendue en affirmant qu’elle a accompagné chacune de ses annonces d’engagements des coûts qui leur sont associés. Elle a répété qu’un bilan de tous ses engagements financiers serait fourni d’ici la fin de la semaine.

La candidate a, du même coup, remis en cause les cadres financiers de ses adversaires. Mettre des chiffres dans un chiffrier ne témoigne pas d’une compétence et d’une vision macro de pouvoir faire les choses correctement en finances.

France Bélisle, photographiée dans les bureaux d'une station de radio.

France Bélisle, candidate indépendante pour la mairie de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Le débat de mardi a aussi donné lieu à quelques flammèches concernant le site Cook. France Bélisle a notamment accusé Maude Marquis-Bissonnette de se cacher derrière le comité exécutif dans ce dossier en tant que présidente sortante de la Commission sur le développement du territoire, l'habitation et l'environnement.

Trois autres candidats à la mairie de Gatineau n’ont pas été invités au débat de mardi, soit Rémi Bergeron, Jacques Lemay et Abdelhak Lekbabi. La station de radio les a conviés à un autre rendez-vous, lundi prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !