•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e lien : les candidats à la mairie de Québec restent campés sur leur position

Jackie Smith, Marie-Josée Savard, Jean Rousseau, Bruno Marchand et Jean-François Gosselin.

Jackie Smith, Marie-Josée Savard, Jean Rousseau, Bruno Marchand et Jean-François Gosselin.

Photo : Radio-Canada / Steeve Breton

La décision du gouvernement Legault de consacrer le 3e lien au transport en commun au centre-ville n’est pas suffisante pour convaincre les principaux candidats à la mairie que le tunnel sera une bonne chose pour Québec.

Bien que la décision soit bien accueillie par Marie-Josée Savard et Bruno Marchand, pour qui il était essentiel de ne pas amener des dizaines de milliers de véhicules de plus dans le quartier Saint-Roch, les deux candidats n’ont toujours pas l’intention de se positionner sur le 3e lien d’ici le scrutin du 7 novembre.

C'est le projet du gouvernement, nous, on est là pour surveiller, pour écouter et s'assurer de l'impact au niveau de la Ville de Québec, répète la candidate de l’administration sortante. Marie-Josée Savard est toutefois très heureuse d'entendre que l'option de Saint-Roch n'est plus dans les cartons.

Très tôt dans la campagne électorale, Québec forte et fière a posé certaines conditions pour que le tunnel entre Québec et Lévis soit acceptable pour la capitale. Bruno Marchand note qu’avec l'engagement du ministre des Transports de limiter les impacts en Basse-Ville, une de ces conditions est maintenant remplie.

Très heureux de ça, et je pense que nous avons été le premier parti à clairement dire : "les bretelles d'autoroutes dans Saint-Roch, c'est non." Comme son adversaire, il note que le projet de troisième lien est toujours sujet à changement et il n’entend pas prendre position pour ou contre avant d’en voir la mouture finale.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Québec 21 demeure donc la seule formation politique ouvertement en faveur du projet de tunnel tel que présenté par le gouvernement Legault. Le chef Jean-François Gosselin se réjouit de modifier le projet pour permettre uniquement aux autobus d'accéder directement au centre-ville.

Ça s'intègre parfaitement avec notre projet [de métro léger], mais pour ce qui était de l'autoroutier, notre volonté c'était que ça ne sorte pas au centre-ville de Québec, rappelle M. Gosselin.

Pas sa place au centre-ville

Jean Rousseau demeure lui aussi sur sa position. Selon lui, seul un troisième lien dédié entièrement au transport en commun serait acceptable. Pour nous, c'est encore problématique d'avoir une autoroute et de la faire sortir plus loin. C'est pas vrai que tous ces gens-là s'en vont tous à Tadoussac ou au Saguenay, ils reviennent au centre-ville. On n'est pas gagnant, analyse le chef de Démocratie Québec.

« Ça va être du viraillage, on ne règle pas le problème. La portion autoroutière n'a pas sa place, peu importe où elle sort. »

— Une citation de  Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec

Elle aussi fortement opposée au 3e lien, la candidate Jackie Smith fait valoir que peu importe où sortent les bretelles, on sait bien que la destination principale des voitures sera le centre-ville. Depuis le début de la campagne, Transition Québec dénonce que le projet n’a aucune assise scientifique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !