•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nomination de Steven Guilbeault bien vue par le Conseil régional de l’environnement

Plan moyen de Justin Trudeau et de Steven Guilbeault.

Steven Guilbeault laisse derrière lui le ministère du Patrimoine canadien pour diriger celui de l’Environnement et du Changement climatique.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le directeur général du Conseil régional de l'environnement et du développement durable (CREDD) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Tommy Tremblay, estime que la nomination de Steven Guilbeault, comme ministre de l'Environnement et du Changement climatique, est logique et positive.

Plus d'un mois après le scrutin fédéral, le premier ministre Justin Trudeau a présenté son Cabinet mardi matin. Certaines nominations ont retenu plus d'attention que les autres. Comme M. Guilbeault a longuement été associé à la cause écologiste en tant que porte-parole d'Équiterre, son nouveau poste semble taillé pour lui.

C'est un message positif que le gouvernement du Canada lance, a débuté Tommy Tremblay. En fait, c'est un message qui se montre en faveur de la protection de l'environnement et de la lutte aux changements climatiques.

Tout ça va se mesurer dans les actions, dans les programmes qui vont être mis en place dans les prochaines années, puis de voir si on est capable ou en mesure d'atteindre les cibles qu'on s'était fixées en matière de lutte aux changements climatiques. On est face à une crise, donc il faut agir le plus rapidement possible. Je pense que M. Guilbeault est conscient de cet état de fait, donc on souhaite effectivement que le Canada serve d'exemple au point de vue international, ajoute-t-il.

Le directeur général du Conseil régional de l'environnement et du développement durable, Tommy Tremblay

Le directeur général du Conseil régional de l'environnement et du développement durable, Tommy Tremblay

Photo : Radio-Canada

Quant au député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, il considère que des défis particulièrement grands attendent M. Guilbeault. Ça va prendre beaucoup de courage parce que la question du pétrole crée des tensions dans l'ensemble canadien et il va falloir un ministre avec le courage de dire qu'il veut mettre fin aux subventions aux énergies fossiles et faire vivre la nécessaire transition aux provinces de l'Ouest qui vivent principalement du pétrole, a-t-il indiqué.

D'après des entrevues de Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !