•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des doutes planent sur l’existence de la maladie neurologique inconnue au N.-B.

Un neuropathologiste affirme que les patients décédés souffraient de maladies connues.

Un homme barbu et grisonnant observe quelque chose à l'aide d'un microscope, dans une grande salle de laboratoire un peu sombre.

Les autopsies ont montré que les patients souffraient de maladies connues (archives).

Photo : ISTOCK

Un neuropathologiste responsable de réaliser les autopsies de certaines personnes identifiées comme faisant partie de la grappe de cas de la maladie neurologique inconnue affirme que les patients décédés étaient atteints de maladies connues et que rien ne point vers l'existence d’une nouvelle maladie.

Un résumé des rapports d’autopsie, rendu public par l’Association canadienne des neuropathologistes, le 7 octobre, avance que ces patients ont plutôt reçu un diagnostic erroné.

Chez ces huit patients, aucune preuve d'une maladie à prions ou d'une nouvelle pathologie n'a été trouvée. Nous suggérons que ces huit patients forment un groupe de diagnostics mal classés, peut-on lire dans le document rédigé par le neuropathologiste Gerard Jansen, de l’Université d’Ottawa.

Le Nouveau-Brunswick affirmait jusqu’ici que ce syndrome neurologique de cause inconnue avait fait 6 morts dans la province, sur les 48 cas connus. On apprend aujourd’hui que 9 personnes soupçonnées d'être atteintes de ce syndrome sont mortes depuis 2019. Huit d'entre elles ont fait l'objet d'une autopsie par Gerard Janson, dont 6 qui font partie de la grappe originale de cas.

Gabrielle Cormier dans un fauteuil roulant.

Gabrielle Cormier, 20 ans, est l'une des patientes suivies par le Dr Alier Marrero (archives).

Photo : Gracieuseté

La majorité des cas ont été signalés par un même neurologue : le Dr Alier Marrero, de Moncton. Les patients habitent dans les régions de Moncton et de la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, et présentent des symptômes cliniques semblables : démence, atrophie musculaire inexpliquée, hallucinations visuelles et changements comportementaux.

Ces symptômes s'apparentent à la maladie de Creutzfeldt-Jakob, une maladie à prions, mais les tests effectués ces dernières années par le Système de surveillance national se sont tous révélés négatifs.

Alier Marrero dans une entrevue par vidéoconférence le 16 mars 2021.

Le neurologue Alier Marrero s'intéresse depuis plusieurs années au nouveau syndrome de cause inconnue qui touche une cinquantaine de personnes au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon les analyses de Gerard Jansen, les personnes décédées souffraient plutôt d’un type de maladies neurodégénératives ou de cancer. Il a identifié un ou plusieurs des problèmes de santé suivants chez les patients : la maladie d'Alzheimer, un cancer métastatique, la dégénérescence frontotemporale, la maladie à corps de Lewy et une pathologie vasculaire.

Le rapport indique également qu’une des personnes mortes n'était atteinte d’aucune maladie particulière, mais que cela était cohérent avec ses antécédents.

Le mystère persiste

Pour le moment, aucun élément ne permet d'expliquer de quoi sont atteints les autres patients qui forment la grappe de malades traités par le Dr Alier Marrero.

Des experts indiquent toutefois que ces résultats ne signifient pas nécessairement que la maladie neurologique inconnue n'existe pas. Une autopsie est considérée comme un outil parmi d'autres pour comprendre ce qui a causé la mort d'une personne. La procédure permet d'obtenir des indices, mais n'est pas une fin en soi.

Il est toujours possible qu'une cause commune – une cause environnementale, par exemple – permette d'expliquer l'état des malades.

Gerard Jansen est neuropathologiste à l’Association des laboratoires régionaux de l’Est de l’Ontario (ALREO). Il travaille également à l’hôpital d’Ottawa et s'implique dans la surveillance clinique de la maladie de Creutzfeldt-Jakob depuis plus de 30 ans.

Il a mené ces analyses à la demande de l'Agence de santé publique du Canada, dans le cadre de son travail avec le Système de surveillance de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Il n'a pas été rémunéré par la province du Nouveau-Brunswick pour faire ce travail.

Gerard Janson n'était pas disponible, mardi matin, pour accorder une entrevue à Radio-Canada.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, et le Dr Alier Marrero n'étaient pas en mesure de commenter cette affaire mardi midi.

Des familles en colère

Des membres de familles de patients se sont dits déçus et fâchés, mardi, à la suite de la publication du rapport.

Steve Ellis, dont le père Roger Ellis fait partie de la grappe de 48 cas, dénonce le fait que les familles sont mises au courant de ces nouveaux développements par l'entremise des médias.

Je suis vraiment déçue que les familles des personnes décédées n'étaient pas au courant avant les médias, c'est la définition de l'incompétence, affirme Steve Ellis.

Steve Ellis lors d'une entrevue par vidéoconférence, mardi après-midi.

Steve Ellis lors d'une entrevue par vidéoconférence, mardi après-midi.

Photo : Radio-Canada

Steve Ellis croit que les résultats de ces autopsies ne signifient pas nécessairement que son père et les autres patients ne souffrent pas d'une maladie de source inconnue.

C'est juste le commencement, ce n'est pas fini. C'est possible que le gouvernement va dire que c'est fini. Mais il y a beaucoup de promesses que le gouvernement a fait[es] qu'il [a] besoin de compléter. Ils ont dit qu'ils vont regarder toutes les causes et regarder tous les tests, et ils n'ont fait presque rien, dit-il.

Selon nos informations, le gouvernement du Nouveau-Brunswick tiendra un point de presse sur la maladie neurologique inconnue mercredi.

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !