•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JEVI ferme temporairement sa ligne d’intervention téléphonique

Des intervenantes de JEVI, Centre de prévention du suicide de l'Estrie, reçoivent les appels de détresse.

Des intervenantes de JEVI, Centre de prévention du suicide de l'Estrie, reçoivent les appels de détresse.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Incapable de trouver des employés, l'organisme de prévention du suicide JEVI se voit contraint de fermer temporairement son service de ligne d'intervention téléphonique.

C'est une décision difficile, crève-cœur, mais nous n'avons plus le choix. C'est aussi une question de survie pour l'organisation, de respect des employés et de la clientèle, a dit le président du conseil d'administration de JEVI, Yan Perreault, en conférence de presse mardi matin.

Toutefois, les personnes suicidaires pourront téléphoner à la ligne d'intervention téléphonique provinciale au 1 866 APPELLE (1 866 277-3553). Les intervenants de cette ligne pourront faire les références nécessaires.

La direction de JEVI souhaite être rassurante. Les professionnels de l'Estrie auront tout de même accès à un numéro de téléphone particulier. Ils pourront ainsi diriger les personnes qui sont en situation de détresse à l'organisme. Aussi, du soutien clinique pourra leur être offert.

Cette difficile décision a été prise lors du dernier conseil d'administration, qui a eu lieu le 20 octobre. On n'est pas les premiers à en parler, mais la pénurie de main-d'œuvre a aussi frappé JEVI. On est en sous-effectifs depuis plusieurs mois. La situation s'est vraiment détériorée dans les dernières semaines, a indiqué la directrice générale de l'organisme, Tania Boilar.

Le sous-financement en cause?

Actuellement, le tiers des employés de JEVI sont en poste. Sur leur page Facebook, on peut voir que l'organisme a publié plusieurs offres d'emploi au cours des derniers mois. JEVI recherche surtout des intervenants téléphoniques.

« À JEVI, on peut faire une corrélation directe entre le sous-financement des organismes communautaires et les annonces qu'on fait aujourd'hui.  »

— Une citation de  Tania Boilar, directrice générale de JEVI

Seulement au cours de la dernière année, l'organisme a vu cinq intervenants partir pour le réseau public. Ils ont eu des conditions salariales plus alléchantes pour eux. Ça a laissé des trous qu'on n'a pas été capables de combler, ajoute-t-elle.

JEVI maintiendra son service d'intervention d'urgence sur le terrain et ses services de postvention.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !