•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau débat entre les candidats à la mairie de Rimouski : le ton monte

Collage des photos des deux candidats lors de leur lancement de campagne.

Virginie Proulx et Guy Caron ont à nouveau eu l'occasion de débattre de leurs idées pour Rimouski lors du débat organisé par la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette. (Archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le ton a monté entre Virginie Proulx et Guy Caron lors d'un débat organisé mardi en vue des élections municipales du 7 novembre, notamment quand il a été question de leadership. Le débat entre les candidats à la mairie de Rimouski, animé par Olivier Therriault de la station de radio CFYX, a été organisé par la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette, en collaboration avec le Journal Le Soir, et s'est tenu à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

La consultation du public et le développement de la ville ont pris beaucoup de place dans ce débat, même si les échanges étaient répartis en cinq thèmes distincts, dont la vision des candidats pour leur ville, le développement économique et l'administration municipale.

D'un côté, Guy Caron a énoncé qu'il souhaite amorcer un éventuel mandat à la mairie par une grande consultation des citoyens, nommée « Rimouski 2030 ».

D'un autre côté, Virginie Proulx compte plutôt établir des mécanismes qui rendront la consultation publique plus fréquente et plus systématique.

Gros plans des candidats à la mairie de Rimouski, Guy Caron et Virginie Proulx.

Les candidats à la mairie de Rimouski, Guy Caron et Virginie Proulx, souhaitent tous les deux consulter les citoyens, mais en employant des moyens différents. (Archives)

Photo : Radio-Canada

En cours de débat, Mme Proulx a fait valoir que, selon elle, une grande consultation publique comme celle que propose de faire M. Caron n'est plus la meilleure façon de sonder l'opinion des citoyens.

Le fait de faire une grande consultation, c'est intéressant, ça se faisait comme ça par le passé. Malheureusement, les techniques ont évoluées et il faut être plus efficaces aujourd'hui. Et, on peut mettre en place, quand même, un plan d'action avec des consultations spontanées, a-t-elle soutenu à ce sujet.

Guy Caron lui a répondu que parce que les techniques ont évoluées, c'est beaucoup plus facile de faire un plan d'action à long terme. On a besoin d'avoir cette vision à long terme. Si on a juste des consultations ponctuelles au fur et à mesure que la ville se développe, on n'aura pas cette vision que nous devons avoir du futur.

Leadership à la table du conseil

La possibilité d'un changement de culture à la table du conseil municipal a aussi refait surface à quelques reprises dans les échanges.

Mme Proulx a répondu qu'elle croit un tel changement de culture possible, même si des conseillers sortants sont réélus.

J'en suis convaincue. Je pense que, justement, à chaque fois qu'il y a de nouvelles personnes qui arrivent dans un groupe, ça crée une nouvelle dynamique. Il y a l'occasion de mettre en place aussi de nouvelles façons de faire pour travailler de façon collaborative. Je veux faire plus de place aux conseillers municipaux, a-t-elle soutenu.

Le conseil municipal de Rimouski.

Virginie Proulx se dit convaincue de pouvoir changer la culture à la table du conseil si elle est élue mairesse. Guy Caron, lui, estime que Mme Proulx n'a pas su démontrer ses talents de rassembleuse puisqu'on ne lui a reconnu aucun allié parmi les conseillers depuis son expulsion du comité plénier. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Guy Caron l'a relancée en remettant en doute sa capacité à travailler avec des membres du conseil actuel qui seraient réélus.

Vous aviez la chance de travailler avec le conseil municipal. Que vous étiez en conflit avec le maire ou 2-3 conseillers, ça peut se concevoir, mais que les 10 conseillers ne veulent pas travailler avec vous..., a-t-il lancé.

Mme Proulx a tout de suite répliqué à son adversaire en affirmant que ce que relatait M. Caron était faux.

Lors d'un échange subséquent, plus tard dans le débat, Virginie Proulx a alors accusé Guy Caron de parler à travers son chapeau et de se prêter à des attaques gratuites au sujet de son expulsion du comité plénier. Elle lui a aussi indiqué qu'il ne connaissait pas le fond de l'histoire.

« Quand il y a quelqu'un qui se fait exclure d'un endroit, il y en a bien d'autres qui n'ont pas envie nécessairement de subir la même chose. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas d'allié au sein du conseil municipal. »

— Une citation de  Virginie Proulx, conseillère sortante et candidate à la mairie de Rimouski

M. Caron a répliqué que, selon lui, Mme Proulx n'a pas su montrer qu'elle savait être rassembleuse après son expulsion du comité plénier.

« De rassembler des gens qui sont d'accord avec soi, ce n'est pas du leadership. Le vrai leadership, c'est de pouvoir rallier des [gens qui ont des] opinions qui sont contraires [...] et de pouvoir les amener dans la même direction.  »

— Une citation de  Guy Caron, candidat à la mairie de Rimouski

Mme Proulx a conclu cet échange en remettant en question le leadership de M. Caron en rappelant que l'ex-député n'a nommé que deux réalisations concrètes qu'il a menées à bien lors de ses huit années passées comme élu fédéral de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques.

Développement de la ville

Au sujet du développement de la ville, les deux candidats à la mairie s'entendent sur la nécessité, selon eux, de réviser la réglementation de zonage et le plan d'urbanisme de la ville pour les rendre plus conviviaux, notamment pour les gens d'affaires.

Guy Caron et Virginie Proulx proposent aussi, chacun à leur façon, de revamper le centre-ville de Rimouski et de travailler avec les entrepreneurs pour contrer la rareté de main-d'œuvre.

Guy Caron lors d'une conférence de presse pendant la campagne électorale municipale de 2021.

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron, mise d'abord sur la lutte à la rareté de logements à Rimouski pour épauler le développement de la ville. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

De son côté, par contre, M. Caron priorise la lutte à la rareté de logements pour épauler le développement de la ville, alors que Mme Proulx souhaite plutôt miser sur la collaboration avec citoyens et experts pour trouver les meilleures solutions possibles pour la ville.

Guy Caron a, par ailleurs, accusé Mme Proulx d'émettre des vœux pieux, de vouloir créer des commissions pour consulter les citoyens, mais sans vraiment expliquer comment elle allait mettre de l'avant ses idées pour le développement économique.

Lorsque je dis qu'on va réviser le plan d'urbanisme, la réglementation de zonage, qu'on va créer une politique d'habitation, ce sont des éléments concrets. Lorsque vous parlez, par exemple, de l'agroalimentaire, de l'économie circulaire, j'aimerais avoir du concret. J'aimerais savoir ce que ça veut dire, au bout du compte. Quelle est votre intervention comme mairesse?, a-t-il demandé à Virginie Proulx.

Virginie Proulx.

La candidate à la mairie de Rimouski, Virginie Proulx, estime qu'il faut notamment favoriser l'économie circulaire dans la ville et mieux épauler les commerçants pour soutenir le développement de Rimouski. (Archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Cette dernière lui a répondu que cela lui semblait être une drôle d'affirmation de la part de quelqu'un qui dit vouloir prendre du recul et réfléchir à long terme, c'est justement ça, réfléchir à long terme. L'agroalimentaire et le bois, on peut mettre en place des partenariats pour ça et il faut être proactifs. Il faut aller travailler avec le milieu pour dire comment on peut améliorer notre relation avec ces entreprises-là.

Les deux candidats pourront débattre à nouveau le 1er novembre au débat organisé au Cégep de Rimouski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !