•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 millions de rendez-vous et de chirurgies retardés par la pandémie en Ontario

Sept médecins entourent un patient dans une chambre d'hôpital.

L’OMA estime que, même si les médecins travaillent davantage, plusieurs années seront nécessaires afin de rattraper les retards dus à la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Il faudra de longs mois, voire des années, pour rattraper les rendez-vous médicaux, tests de diagnostic, traitements et interventions chirurgicales reportés depuis le début de la pandémie de COVID-19, prévient l’Association médicale de l’Ontario (OMA).

La province a besoin de plus de médecins, de préposés aux services de soutien à la personne et d'autres professionnels de la santé à un moment où beaucoup prennent leur retraite ou quittent la profession en raison de l'épuisement professionnel exacerbé par le travail en pandémie, peut-on lire dans un communiqué de l'association.

Selon le président de l'OMA, le Dr Adam Kassam, les rendez-vous et les chirurgies retardés ont des conséquences importantes pour les patients.

« Les médecins voient déjà des patients plus malades qu'ils ne devraient l'être en raison de problèmes de santé non détectés ou non traités pendant la pandémie. »

— Une citation de  Dr Adam Kassam, président de l'Association médicale de l’Ontario
Le temps estimé pour rattraper les retards dus à la pandémie

Chirurgie ou test

Temps estimé pour rattraper le retard

Personnes en attente

Remplacement du genou

30 mois

52 492

Chirurgie de la cataracte

25 mois

108 736

Remplacement de la hanche

19 mois

22 308

Pontages coronariens

14 mois

4296

IRM

11 mois

502 476

Pour l'heure, le possible manque de personnel en cas de mise en place d'une politique de vaccination obligatoire pour l'ensemble des travailleurs de la santé préoccupe le premier ministre Doug Ford.

Plusieurs corps médicaux, dont la principale association des hôpitaux ontariens, font pression pour qu'une telle politique soit décrétée.

Ford a jusqu'à présent refusé de prendre une décision sur la question, citant des inquiétudes quant à la nécessité de licencier des dizaines de milliers d'employés à un moment où les hôpitaux sont toujours sous une pression immense.

Nous devons nous assurer que nous ne prenons pas plus de retard sur les diagnostics [et] sur les chirurgies, a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une annonce mardi.

Un tsunami de nouveaux patients

Afin de faire face à ce travail colossal, l’OMA, qui représente 43 000 médecins de l’Ontario, a élaboré des recommandations dans plusieurs domaines clés pour améliorer l'accès aux services en santé.

Pour répondre au tsunami de nouveaux patients cherchant des soins en santé mentale, l’organisation indique que la population devrait avoir accès à plus de services publics dans ce secteur.

Elle recommande entre autres :

  • des normes provinciales en matière de santé mentale
  • plus de financement, davantage de soutien aux travailleurs de la santé
  • l’augmentation du nombre de centres de consommation de drogue supervisée

L’OMA estime également que le gouvernement doit améliorer et augmenter les soins à domicile, réduire les temps d'attente, en plus de se préparer dès maintenant à la prochaine pandémie, en se dotant d’un plan.

Finalement, l’organisation médicale croit que chaque patient devrait avoir accès à une équipe de prestataires de soins de santé, notamment grâce à Internet.

Elle recommande entre autres de veiller à ce que les personnes sans médecin de famille puissent accéder aux soins à domicile, réduire les formalités administratives et un allégement fiscal pour les familles qui emploient des aidants à temps plein.

Pour réparer le système de santé, le président-directeur général de l’OMA, Allan O’Dette, souhaite une collaboration entre les fournisseurs de soins de santé, le soutien du public et une volonté politique, y compris des investissements importants de la part du gouvernement fédéral.

Selon lui, cela se traduit entre autres par une augmentation des transferts fédéraux en santé, de 22 % à 35 % de tous les coûts des soins de santé.

Avec les informations de Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !