•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire : 4 médecins albertains entament une poursuite en justice

Une infirmière insère une aiguille dans une fiole de vaccin contre la COVID-19.

Les plaignants estiment aussi que les fonctionnaires gouvernementaux ont faussement jeté le blâme sur les non-vaccinés par rapport à l'évolution de la pandémie dans la province.

Photo : (Emily Elconin/Reuters)

Radio-Canada

Quatre médecins albertains entament une poursuite en justice contre Services de santé Alberta (AHS) et sa présidente pour s’opposer à la mesure de vaccination obligatoire des travailleurs de la santé.

Les médecins ont rempli leur demande introductive d’instance au tribunal à Calgary vendredi. Ils allèguent que le fait de les obliger à se faire vacciner contre la COVID-19 équivaut à un complot de voies de fait délictuelles de la part de l’agence de santé publique provinciale.

N’importe quelle intervention médicale réalisée sur un patient sans son consentement en toute connaissance de cause équivaut à une agression, affirment-ils dans la déclaration.

Le document indique par ailleurs que la politique de vaccination obligatoire revient à un congédiement déguisé de la part d'AHS, car elle vient modifier le contrat des plaignants avec une menace de résiliation ou de congé non payé.

L’avocat calgarien Jeffery Rath a déposé cette poursuite au nom des quatre médecins, soit deux médecins de famille en région rurale, un anesthésiologiste et un neurologue pédiatrique calgarien.

La politique de vaccination obligatoire s’applique à tous les employés de Services de santé Alberta, de Carewest CapitalCare, de Covenant Health et d'Alberta Precision Labs ainsi qu'aux membres du personnel médical, aux étudiants et aux bénévoles.

Elle concerne aussi les prestataires de soins continus sous contrat avec AHS ainsi que tous les travailleurs de la santé agissant en son nom.

Invocation de la Charte

La politique de vaccination obligatoire consiste également une violation de la confidentialité, car dès qu’un médecin est mis en congé non payé, son statut [vaccinal] devient apparent, selon la demande introductive d’instance.

Les plaignants arguent que cette situation nuit à leur réputation professionnelle ainsi qu'à leur bien-être psychologique.

La politique d'AHS viole aussi leurs droits à la vie et à la sécurité de la personne garantis dans l’article 7 de la Charte des droits et libertés, selon la poursuite.

Lundi, Jeffery Rath comptait faire une demande d’injonction afin de forcer Services de santé Alberta à mettre sa politique sur pause le temps que la poursuite soit entendue par la Cour.

Le 0,1 %

James Wood, un porte-parole d'AHS, a déclaré à CBC/Radio-Canada que celle-ci n’avoir toujours pas reçu de documents de la Cour liés à la poursuite.

Les plaignants ne composent que 0,1 % des 9000 autres médecins travaillant au sein du système de santé intégré albertain, ajoute le porte-parole d'AHS.

Services de santé Alberta est sûre de la validité de la politique de vaccination obligatoire, qui est un outil important pour la protection de nos effectifs, médecins et patients.

Aux dernières informations, 61 travailleurs de Services de Santé Alberta ont démissionné en raison de la vaccination obligatoire. Parmi eux figurent 31 employés des services cliniques, dont 11 infirmières diplômées.

Avec les informations de John Gibson et Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !