•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort du chien Justice devenu symbole de la lutte contre la maltraitance animale au pays

Un chien est dans son panier devant une cheminée.

Le chien Justice avait été retrouvé le museau, le cou et les pattes attachés avec du ruban adhésif en 2015.

Photo : Windsor-Essex County Humane Society/Facebook

Radio-Canada

Son histoire avait fait le tour des médias nord-américains et même au-delà en 2015. Le chien Justice, victime de maltraitance, est mort.

C'est ce qu'a annoncé sur la page Facebook l'association de protection des animaux de Windsor-Essex.

Le petit chien brun avait été retrouvé quelques jours avant Noël dans un champ derrière le magasin Canadian Tire sur le chemin Walker à Windsor.

Il avait été laissé pour mort, le museau, le cou et les pattes attachés avec du ruban adhésif.

Le petit chien avait subi quatre interventions chirurgicales, trois injections de traitement contre les vers du cœur et avait eu affaire à deux entraîneurs personnels tout au long de son rétablissement.

Quelques mois plus tard, l'association de protection des animaux lui avait trouvé un nouveau foyer.

Melanie Coulter est la directrice générale de l'organisme.

L'histoire de Justice a incité beaucoup de gens à réclamer des lois et des peines plus sévères pour la cruauté envers les animaux au Canada. Nous avons reçu des messages de beaucoup d'autres pays, de tout le Canada. Au niveau local, cela a vraiment incité les gens à plaider pour des lois plus strictes en matière de cruauté, raconte-t-elle.

« Je pense qu'il était difficile de ne pas être touché par son histoire de survie. »

— Une citation de  Melanie Coulter, directrice générale de l'association de protection des animaux de Windsor-Essex
Une peluche de chien

L'association de protection des animaux de Windsor-Essex a même vendu une peluche à l'effigie du chien Justice.

Photo : Windsor/Essex County Humane Society

L'année suivante, la vente d'une peluche à l'effigie de l'animal avait connu un grand succès. Les fonds recueillis par l'association de protection animale de Windsor-Essex avaient permis de financer des enquêtes sur la cruauté envers les animaux.

Une peine exemplaire

L'homme d'Amherstburg qui avait maltraité et abandonné le chien avait plaidé coupable à des accusations de cruauté envers les animaux. Il avait été condamné à deux ans de prison en février 2016.

C'était la peine la plus sévère qui avait été prononcée jusqu'alors dans une affaire de cruauté envers les animaux au Canada, selon Mme Coulter.

Pour elle, si l'histoire de Justice a fait avancer la protection des animaux au Canada, il y a encore bien des choses à faire dans ce domaine.

J'espère donc que son histoire continuera à inspirer les gens à plaider pour de meilleures lois protégeant les animaux dans notre pays, car nous en avons vraiment besoin, conclut-elle.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !