•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jeunes de T.-N.-L. auront accès gratuitement aux produits menstruels

Andrew Furey devant une table de produits d'hygiène.

Le premier ministre Andrew Furey a annoncé que les produits d'hygiène personnelle comme les tampons et les serviettes seront disponibles gratuitement dans les écoles de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : CBC/Jeremy Eaton

Radio-Canada

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Andrew Furey a annoncé lundi devant des élèves de l’école Brother Rice Junior High que d’ici 2022, toutes les écoles accueillant des élèves de la quatrième année et plus seront dotée d’au moins un distributeur de produits menstruels.

La province investira 30 000 $ dans le projet. Les distributrices seront en place au plus tard en janvier a promis Andrew Furey.

Les élèves auront accès discrètement et sans être embarrassé à des produits nécessaires, a indiqué M. Furey.

Selon le directeur de l’école Michael Hayley, cette solution est excellente pour assurer l’équité et la démarginalisation de tous les élèves. Il souhaite que cela leur signale que leur école est un endroit sûr et inclusif.

Terre-Neuve-et-Labrador est la cinquième province à offrir ces produits d’hygiène dans les écoles après la Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et l’Ontario.

Certaines écoles pouvaient déjà offrir sans frais certains produits, mais les élèves devaient en faire la demande à un directeur ou un enseignant.

Des produits menstruels qui coûtent cher

Selon la présidente du Conseil consultatif sur le statut de la femme de la province Paula Sheppard, les distributrices élimineront le besoin d’avoir ces discussions parfois gênantes pour certains élèves.

Elle rappelle qu’un paquet de produits menstruels peut coûter entre 7 et 12 $, ce qui peut être un coût élevé pour certaines familles.

Nous n'hésiterions jamais à offrir du papier hygiénique dans les salles de bain. Aucun élève ne devrait se sentir stigmatisé ou discriminé, ou manquer des jours de classe en raison de l'accessibilité ou du coût de ces produits, souligne Mme Sheppard.

Affiche avec slogan: Une chose de moins à quoi penser.

Une campagne de sensibilisation dans les écoles sera lancée au cours des prochains jours à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : CBC/Jeremy Eaton

Elle mentionne que la situation est pire au Labrador où le coût de ces produits est encore plus élevé.

L’argent pour financer le projet provient du budget du ministère de la Santé. Une campagne de sensibilisation sera aussi menée au cours des prochains mois dans les écoles. 

Avec les informations de Jeremy Eaton de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !