•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fuite à Immigration Canada met en péril la sécurité de centaines d’Afghans

Deux talibans armés à Kandahar sur un char.

Les talibans ont repris le contrôle de l'Afghanistan en août 2021, après 20 ans de présence américaine au pays.

Photo : Getty Images / AFP/JAVED TANVEER

Radio-Canada

Les noms de plusieurs centaines d’Afghans qui cherchent à fuir le nouveau régime taliban ont récemment été transmis par erreur dans un courriel d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), a appris CBC News.

Les Afghans touchés par la fuite craignent des représailles des talibans, qui ont pris le pouvoir à Kaboul en août dernier. Certains d’entre eux se cachent en raison de fonctions qu’ils ont occupées dans l’ancien gouvernement afghan, dans les forces armées ou judiciaires ou sur le plan des droits de la personne ou des femmes.

Un courriel qu’a obtenu CBC dresse une liste de 200 noms. Dans certains cas, il est aussi possible de distinguer des visages.

IRCC a déjà écrit aux personnes touchées pour présenter ses excuses.

Dans l’un de ces courriels d’excuses, envoyé vendredi, la directrice de l’expérience client d’IRCC Anne Turmel indiquait que les renseignements avaient été transmis par erreur le 18 octobre quand du personnel du ministère a envoyé quatre courriels à plusieurs clients simultanément à propos de la situation en Afghanistan.

Les adresses courriel des Afghans étaient inscrites dans le champ des destinataires (« À ») au lieu du champ des destinataires en copie cachée (« CCI »), a expliqué Mme Turmel. Les adresses courriel étaient donc toutes visibles.

Par l’effet même, veuillez prendre note que nous vous avons envoyé par erreur des renseignements qui concernaient d’autres destinataires, le 18 octobre dernier.

Il suffirait que les talibans voient une seule copie du courriel pour obtenir les  noms.

Les talibans ont promis de ne pas s'en prendre aux Afghans qui ont aidé les forces étrangères, mais des groupes internationaux ont pu documenter certaines tentatives pour retrouver et tuer leurs anciens ennemis.

La haute‑commissaire des Nations unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet disait le mois dernier avoir pris connaissance d'allégations crédibles de morts en représailles.

Je m'inquiète pour ma sœur

Un Canadien d'origine afghane, dont le nom de la sœur a été divulgué dans l'un des courriels, a confié à CBC News que son visage peut être vu en passant le curseur sur son adresse électronique.

Sa sœur se cache actuellement en Afghanistan avec de jeunes enfants. Son mari, un officier de l'armée, a été exécuté par les talibans au début de l'année. Elle a elle-même travaillé pour le gouvernement civil de l'Afghanistan.

Il n'y avait pas tant de personnes associées au gouvernement ou aux étrangers, a déclaré l'homme.

Les talibans disposent de technologies sophistiquées, et ils ont le soutien du Pakistan, a-t-il ajouté.

Le service de renseignement pakistanais ISI est largement considéré comme travaillant en étroite collaboration avec les talibans, malgré les démentis officiels d’Islamabad.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle erreur se produit. Le gouvernement conservateur britannique a déjà été contraint de présenter des excuses pour une violation de données similaires en septembre. Quelque 250 noms avaient aussi été révélés.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !