•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi plus de personnes votent aux élections municipales à Calgary qu’à Edmonton

Entrée de l'hôtel de ville de Calgary. Des statues de trois chevaux sont placées sur des marches. Une statue de lion est placée devant les portes d'entrée.

Bien que le taux de participation à Calgary fluctue plus souvent, la ville affiche généralement un taux de participation plus élevé qu'à Edmonton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus de personnes ont tendance à voter aux élections municipales à Calgary qu’à Edmonton. Les experts ont plusieurs théories, dont une qui suggère que les courses compétitives suscitent un sentiment d'urgence et de drame qui engage les gens.

Plus d'habitants d'Edmonton ont voté aux élections municipales de cette année que lors des quatre élections précédentes, mais, comme à l’habitude, le taux de participation global a été plus élevé à Calgary.

Selon Elections Edmonton, le taux de participation à l'élection du 18 octobre était de 37,6 %, alors que celui de Calgary était de 46,36 %.

Les données montrent que cette situation suit une tendance depuis au moins 1983, la plus ancienne année disponible publiquement pour comparer les deux villes. Calgary a généralement un taux de participation plus élevé qu'Edmonton. Parfois de façon significative.

Selon un porte-parole de la Ville, Calgary calcule le taux de participation en utilisant le nombre d'électeurs admissibles fourni par Elections Alberta.

Elections Edmonton s'est appuyé sur les données estimatives sur les électeurs recueillies par le biais du recensement municipal lors des élections précédentes. Cette information n'étant pas disponible pour la dernière élection, le nombre d'électeurs admissibles a été estimé à partir des statistiques municipales et provinciales, explique un porte-parole de la Ville.

Comment cette tendance s’explique-t-elle?

Selon des experts politiques, la concurrence stimule la participation.

Les habitants de Calgary s'attendent à des élections municipales enflammées et cela les motive, indique Janet Brown, sondeuse et commentatrice politique ajoutant que de leur côté, les Edmontoniens sont simplement habitués à des élections municipales plus calmes.

Jack Lucas, professeur agrégé de sciences politiques à l'Université de Calgary, indique que les élections compétitives ont tendance à augmenter le taux de participation.

Les données montrent qu'environ un tiers des électeurs admissibles à Edmonton votent habituellement au niveau municipal. Toutefois, cette tendance a vacillé à quelques occasions, notamment en 1992 lorsque Jan Reimer a fait face à une course très serrée contre Bill Smith pour sa réélection. Cette année-là, le taux de participation a été de 51,7 %.

Depuis 1983, 13 élections municipales ont eu lieu. Calgary a dépassé le taux de participation d'Edmonton lors de huit d'entre elles, dont les cinq dernières.

Les courses serrées donnent l’impression qu'il y a plus en jeu

Janet Brown a organisé des groupes de discussion avec les électeurs après les élections municipales afin d'évaluer comment ils se sentent et leur niveau d'engagement.

Ses recherches l'ont amenée à formuler quelques hypothèses sur les raisons pour lesquelles la participation électorale a été plus élevée à Calgary. Elle note entre autres le référendum sur la question du fluor dans l’eau qui, selon elle, pourrait avoir incité les gens à se rendre aux urnes.

Mais une théorie semble se confirmer : les courses électorales serrées sont plus engageantes.

Janet Brown raconte que les participants aux groupes de discussion auxquels elle a parlé caractérisent la dernière élection de peu intéressante, alors qu’Amarjeet Sohi, qui a remporté la course, était le grand favori.

Par ailleurs, à Calgary, bien que Jyoti Gondek ait remporté la mairie avec une longueur d’avance, les sondages suggéraient une course serrée entre elle et Jeromy Farkas.

On a l’impression qu’il y a plus en jeu, dit-elle. Elle explique que lorsque la course est serrée, les électeurs sont portés à croire que leur vote pourrait être un facteur déterminant .

« Avec plus de buzz, il y a plus de gens qui s'engagent, il y a plus de gens qui se forgent une opinion. Et si vous avez une opinion sur l'élection, vous allez aller voter. »

— Une citation de  Janet Brown, sondeuse et commentatrice politique

Si vous ne faites pas attention et que vous n'avez pas développé d'opinion, vous n'irez pas voter, conclut-elle.

Avec les informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !